SlateAfrique

mis à jour le

RDC - Nues à un enterrement, la police tire pour qu'elles se rhabillent

La scène a choqué plus d'un Kinois, rapporte le site d'information congolais Radio Okapi. Le 17 juin, alors qu'avaient lieu les funérailles d'un jeune délinquant à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, sept femmes se sont dénudées dans la rue, pour accompagner le cortège funéraire.

«Elles marchaient en exhibant des pas de danse, certaines, complètement dénudées, d’autres, en petites culottes. Elles sont allées du quartier Bisengo jusqu’au pont Makelele, soit sur une distance de près d’un kilomètre avant que la police n’intervienne», écrit Radio Okapi.

La police a du tirer des coups de feu en l'air pour que les femmes daignent se rhabiller.

Dans certains pays d'Afrique, lorsque des femmes se mettent nues en public, ce peut-être vu comme une volonté de jeter une malédiction, et il est possible que l'incident ait une dimension mystique.

Surtout si l'on tient compte de l'identité du défunt, qui était un jeune «Kuluna». Ces gangs de jeunes souvent pauvres et désœuvrés pillent, braquent et volent les habitants des grandes villes au Congo démocratique, notamment à Kinshasa, sans que la police n'arrive à enrayer le phénomène.

Equipés de machettes ou même d'armes à feu, les jeunes gens n'hésitent pas à tuer pour une poignée de dollars. Si bien qu'il est recommandé de ne pas se promener dans la capitale de RDC avec des richesses apparentes. Surtout que les policiers sont souvent accusés d'être de mèche...

Lu sur Radio Okapi

A lire aussi

Les Kuluna, ces jeunes qui terrorisent Kinshasa

Qui veut porter plainte contre la police?

La police sans pitié avec les vendeurs ambulants de Kinshasa

RDC, l'armée en toute impunité

Kinshasa, capitale d'un grand corps malade