SlateAfrique

mis à jour le

Togo - Bavures policières lors des manifestations? (VIDEO)

La police togolaise a-t-elle dépassé les bornes en s’attaquant à un simple passant?

La situation est extrêmement tendue au Togo depuis le 12 juin, date à laquelle le collectif «Sauvons le Togo» a lancé un grand appel à manifester. Ces opposants au régime du président Faure Gnassingbé   protestent contre un nouveau découpage électoral et une loi modifiant le code électoral qui, selon eux, permettront aux alliés de Faure Gnassingbé de passer en force aux prochaines élections législatives.

Les manifestations des 12, 13 et 14 juin se sont soldées par de violents heurts entre policiers, manifestants et casseurs. Des échauffourées qui ont fait une centaine de blessés selon l’émission participative de France 24, Les Observateurs.

La violence de la répression policière est dénoncée par de nombreux témoins. La vidéo ci-dessous en témoigne. Filmé le mercredi 13 juin, un Togolais est violemment frappé par des policiers.

 

Un dangereux criminel? Même pas. L’homme est un simple passant, d’après Frédéric Attipou, le photo-journaliste qui a divulgué la vidéo. Pour avoir eu le malheur d’emprunter un chemin passant devant le commissariat de Deckon —en plein cœur de Lomé, où se sont déroulés des sit-in—, il est tabassé à coups de pied et de matraque. Il est ensuite traîné jusqu’au commissariat.

«C’était une scène barbare. Depuis que je filme les manifestations à Lomé, je n’avais jamais vu autant de violence dans la répression. Des gendarmes circulent en voitures banalisées dans la ville depuis mardi, arrêtent et embarquent des groupes de jeunes au hasard. Ils ont été jusqu’à entrer dans les maisons à la recherche de manifestants», s’indigne Frédéric Attipou.

France 24

 

A lire aussi:

L'Agence nationale de renseignements accusée de torture

Changements cosmétiques et statu quo

Togo: muer pour mieux régner

Le Togo exhume son passé colonial brutal

Faure Gnassingbé, le maillon faible du Togo

Le fantôme d'eyadéma plane sur Lomé