SlateAfrique

mis à jour le

La ruée vers le saphir à Madagascar

La «fièvre du saphir» va-t-elle entraîner la destruction d’une forêt protégée à Madagascar?

La légende est née en plein cœur de la forêt tropicale précisément à Ambatovolana (environ 200km au Nord d’Antananarivo), raconte RFI.

Situé en haute altitude, à huit heures de marche d’Ambohibe, un village appartenant à la commune rurale de Didy, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de la province de Toamasina, le corridor forestier Zahamena-Ankeniheny est d’avantage connu pour ses fragiles orchidées que pour ses joyaux.

Il y a quatre mois, lors d’un tremblement de terre, un grand arbre est tombé. Et sous la souche de cet arbre, des villageois auraient découvert des saphirs.

Depuis, des milliers de chercheurs, d’exploitants et d’acheteurs de tout poil convergent vers la mine à la recherche des «saphirs de Didy», rapporte l’Express de Madagascar.

La situation a rapidement échappé aux autorités locales: les recherches frénétiques ont dévasté de larges espaces dans la forêt et l’insécurité est devenue préoccupante.

Le problème de fond? La zone forestière est protégée. Elle abrite une flore rare et représente également un important couloir de migration des espèces. Un écosystème fragile dont la pérennité est menacée par l’appât du gain.

Les injonctions du gouvernement et les démentis sur la présence de saphirs sont restés sans effet. Les chercheurs et autres businessmen de la pierre bleue refusent de quitter les lieux.

Devant le désastre écologique, le ministère des Mines a repris l’affaire. D’après L’Express de Madagascar, l’expulsion des étrangers acheteurs illicites de pierres précieuses à Didy a ainsi commencé à l’expiration de l’ultimatum, jeudi 14 juin.

Néanmoins, les chasseurs de pierres risquent de revenir aussitôt que les forces de l’ordre se seront repliées, s'alarme l'Express. Il suffit de voir que dans toute bonne histoire de chercheurs d’or, la «fièvre» —du saphir ici— surmonte la crainte des sanctions.

Lu sur L’Express de Madagascar, RFI

 

A lire aussi:

A Madagascar, la mafia des tortues fait sa loi

Record de nouvelles espèces découvertes à Madagascar

RDC: la face cachée du secteur minier