SlateAfrique

mis à jour le

Les Africains indésirables au Royaume-Uni?

Les demandes de visas provenant des pays africains seraient-elles injustement rejetées au Royaume-Uni ?

C’est en tout cas ce qu’a révélé l’inspecteur du Travail John Vine dans un rapport inquiétant.

D’après des informations provenant de la BBC, John Vine a été chargé de contrôler les méthodes de travail des services chargés de délivrer les visas pour le Royaume-Uni, en 2011.

Entre mai et juillet 2011, il a visité les locaux de l'Agence britannique pour la gestion des frontières (UKBA) en Afrique du Sud, au Nigeria, au Kenya et à Croydon (sud de l’Angleterre) qui traite, elle, les demandes de visas algériens.

Après de minutieuses inspections, son rapport est alarmant.

Les employés de l’Agence britannique pour la gestion des frontières rejetteraient les demandes de visas africains de manière totalement arbitraire.

Une simple mauvaise interprétation ou plusieurs noms de famille inscrits sur le formulaire suffisent à motiver un refus. D’autres employés iraient même jusqu’à délibérément omettre une information.

Dans son rapport, Vine a déclaré que des retards dans la procédure d’obtention de visas algériens étaient monnaie courante à l’agence de Croydon.

D’ailleurs, l’ambassade britannique à Alger a fait savoir que la réputation des Britanniques en pâtissait. D’après le rapport, c’est l’Agence de Croydon qui pratiquerait le plus des méthodes arbitraires.

Autre constat présent dans le rapport de Vine: sur 135 demandes de visas provenant  du Nigeria, l’Agence britannique pour la gestion des frontières a commis plusieurs «erreurs graves».  

14 demandes ont accidentellement reçu la mention «admission indéfinie sur le sol britannique» au lieu de la mention habituelle «admis sur le sol britannique pour une durée de 27 mois».

Depuis son inspection, Vine n’a toutefois relevé aucun progrès de fait par l’Agence britannique pour la gestion des frontières.

« J’aimerais que ces recommandations soient appliquées assez rapidement», a-t-il déclaré.

De son côté, le porte-parole de l’Agence britannique a fait savoir que les recommandations ont bien été prises au sérieux.

« On a pris les recommandations de l’inspecteur au sérieux et nous sommes en train de réformer tout notre système. Nous allons fournir des guides détaillées aux demandeurs de visas et améliorer la formation du personnel».

Ces visas permettent, généralement, aux demandeurs de séjourner ou de travailler sur le sol britannique pendant deux ans, avec l’option d’obtenir la résidence permanente au terme de ces deux années.

Lu sur BBC

A lire aussi

Israël n'est plus la Terre promise des Africains

Israël, terre promise des immigrés africains

L'immigration est une chance pour la France

Et si les jeunes Européens émigraient en Afrique