mis à jour le

Réunion publique sur le problème de l’excision, en juin 2006 en Egypte où plus de 90% des femmes sont excisées. REUTERS/Stringer
Réunion publique sur le problème de l’excision, en juin 2006 en Egypte où plus de 90% des femmes sont excisées. REUTERS/Stringer

La reconstruction du clitoris n'est plus impossible

Dans la revue médicale internationale The Lancet un chirurgien français apporte la démonstration de l’efficacité de la technique qu’il a mise au point

L’excision est en France une pratique interdite par la loi.

Le 1er juin 2012, la cour d’assises de la Nièvre condamnait un couple d'origine guinéenne à deux ans et dix-huit mois de prison ferme pour avoir fait exciser leurs quatre filles âgées aujourd'hui de 11, 13, 18 et 20 ans. 

Ils étaient poursuivis pour «complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant» et encouraient à ce titre 20 ans de réclusion.

 «L'excision est une atteinte au droit des femmes à disposer de leur corps et à la dignité humaine», avait alors commenté Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes. «Au-delà des nécessaires mesures de prévention et d'éducation qui doivent faire disparaître ces pratiques, la loi doit s'appliquer dans toute sa rigueur»

C’est également en France  que la reconstruction chirurgicale du clitoris a été mise au point et développée avec succès comme en témoigne une toute récente publication de la revue médicale internationale The Lancet

Celle-ci vient  ainsi de publier les résultats d’un large travail chirurgical démontrant  pour la première fois à une telle échelle la faisabilité de la reconstruction clitoridienne après mutilation génitale.

Une étude sans précédent 

Cette reconstruction  permet à la fois à la femme de souffrir moins et d’améliorer la qualité de son plaisir lors de relations sexuelles. Ce travail sans précédent est signé du Dr Pierre Foldès, (hôpital de Poissy-St Germain), inventeur de la technique mise en œuvre ainsi que du Dr Béatrice Cuzin (hôpital Edouard-Herriot, Lyon) et Armelle Andro (Univesité Panthéon-Sorbonne, Paris). Il a été financé par l’Association française d’urologie.

Cette intervention chirurgicale permet une reconstitution clitoridienne complète avec l’ensemble de ses nerfs et de ses vaisseaux.L’intervention dure environ une heure et nécessite une hospitalisation de vingt-quatre heures.

Le travail prospectif français porte sur les résultats à court et long terme obtenus chez 2938 femmes mutilées, âgées de plus de 18 ans (âge moyen : 29 ans) ayant consulté à l’hôpital de Poissy-St Germain.

La plupart étaient originaires du Mali, du Sénégal et de la côte d’Ivoire. Pour 564 d’entre elles la mutilation avait été pratiquée en France. Toutes avaient subi la mutilation sexuelle entre 3 et 5 ans (âge moyen : 6 ans).

Toutes voulaient retrouver leur identité et leur image corporelle. La plupart (81%) disaient  également souhaiter améliorer la qualité de leur vie sexuelle et 29% réduire l’intensité de leurs douleurs. 

Des complications immédiates (hématome, lâchage de suture, fièvre modérée) sont survenues chez 155 femmes (5 %) et 108 (4%) ont, de ce fait, été brièvement réhospitalisées. Après un suivi d’un an (sur les 866 qui ont pu être revues) 28% avaient retrouvé un clitoris pouvant être considéré comme normal.

La plupart ont fait état d’une réduction (ou d’une absence d’aggravation) de leurs douleurs au moment de l’acte sexuel. Un tiers des femmes qui n’avaient jamais éprouvé d’orgasme avant l’intervention ont commencé à en éprouver de temps en temps ou régulièrement ; et celles qui avaient eu des orgasmes occasionnels en ont éprouvé régulièrement.

Vers une multiplication des interventions?

Pour les auteurs de la publication du Lancet ces résultats plaident clairement en faveur du développement de ces interventions dans les pays où ces mutilations sexuelles sont autorisées (ou ne sont pas prohibées). 

Dans un éditorial du Lancet, Jasmine Abdulcadir, Michel Boulvain, Patrick Petignat (Genève) observent toutefois que  le plus souvent les femmes mutilées ne sont encore malheureusement pas informées des possibilités de soins spécifiques dont elles pourraient bénéficier.

Et certains pays très directement concernés ne reconnaissent pas la reconstruction clitoridienne comme une thérapeutique mais comme une forme de  chirurgie esthétique.

La publication du Lancet laisse aujourd’hui espérer une diffusion internationale de cette technique chirurgicale ainsi qu’une meilleure pise de conscience de la dimension mutilatrice de cette pratique rituelle.

Le clitoris, toujours mal connu

En toute hypothèse elle marque une étape majeure dans la très longue histoire de la prise en compte par la médecine de cet organe longtemps méconnu et dont la fonction demeure encore souvent mal comprise.

Hasard ou non cette publication  médicale coïncide avec celle d’un petit mais riche ouvrage destiné au grand public qui retrace les ambiguïtés inhérentes au clitoris : La fabuleuse histoire du clitoris signé de Jean-Claude Piquard (Editions Blanche) ; livre que nous avons analysé il y a peu sur le site planetesante.ch

«Espérons que tous les médias, l’image, le livre, la scène, le film, les arts plastiques, la science et particulièrement la sexologie, réintègreront la vulve et son clitoris dans notre culture, pour le bonheur de toutes. Mais aussi pour nous puissions en parler clairement à nos enfants» conclut l’auteur qui ne traite malheureusement pas de l’excision.

Aussi ajoutera-t-on l’espoir que la médecine et la chirurgie puissent désormais largement permettre aux femmes mutilées qui le souhaitent de retrouver, au mieux, la géographie originelle de leur corps.   

Jean-Yves Nau

A lire aussi 

Pierre Foldès, l'homme qui a inventé la chirurgie réparatoire du clitoris

Interdiction universelle des mutilations génitales féminines: un objectif à portée de main

L’excision ne fait pas rêver les hommes

Exorciser l’excision, de la théorie à la pratique

Jean-Yves Nau

Journaliste et docteur en médecine, Jean-Yves Nau a été en charge des questions de médecine, de biologie et de bioéthique au Monde pendant 30 ans. Il est notamment le co-auteur de «Bioéthique, Avis de tempête».

Ses derniers articles: Ebola: les compagnies aériennes n'écoutent plus l'OMS  Ebola: Après le ZMapp des Etats-Unis, voici le VSV-EBOV canadien  Ebola: on va tester le ZMapp au Liberia 

mutilations génitales

Mutilations

Pour en finir avec le drame des excisions en Egypte

Pour en finir avec le drame des excisions en Egypte

RDC

Le combat de l'homme qui répare les femmes

Le combat de l'homme qui répare les femmes

chirurgie réparatrice

Santé

Foldès, l'homme qui a inventé la chirurgie réparatrice

Foldès, l'homme qui a inventé la chirurgie réparatrice

excision

Droits des femmes

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

AFP

Egypte: un médecin renvoyé devant la justice pour une excision mortelle

Egypte: un médecin renvoyé devant la justice pour une excision mortelle

Nabil

Excision au Burkina Faso : Pourquoi cette pratique peine-t-elle

Excision au Burkina Faso : Pourquoi cette pratique peine-t-elle