SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - Veut-on vraiment tuer Moubarak?

Le 2 juin 2012, Hosni Moubarak, le président égyptien déchu a été condamné à la prison à perpétuité, pour avoir été complice de la répression qui a coûté la vie à près de 1.000 Egyptiens, en janvier 2011.

Depuis cette date, rien ne va plus. Tous les jours, les médias égyptiens relaient l'évolution de la santé de l'ex-raïs, qui aurait plusieurs fois perdu connaissance, depuis son transfert dans l'aile médicalisée de la prison de Tora, au sud du Caire. Hosni Moubarak est sujet à des problèmes respiratoires et à des crises d'hypertension. De même qu'il serait menacé par des risques d'attaque cérébrale.

Son état serait si inquiétant que sa femme, Suzanne, et ses deux belles-filles seraient venues lui rendre visite en prison, peut-on lire sur le site d'information égyptien Masry-al Yioum.

Le 12 juin, sa mort est même annoncée (certes avec précaution) sur Twitter, avant d'être démentie, quelques minutes plus tard.

«Moubarak n'est pas mort, pas encore. Dans la rue, les rumeurs sur sa santé vont bon train, mais on attend toujours sa mort», nous confie une source basée au Caire.

A ces rumeurs s'ajoute la paranoïa de l'ex-raïs, persuadé qu'on veut le tuer. Dans la nuit du 11 juin, son avocat Farid el-Deeb a déclaré que son client ne faisait pas confiance aux médecins de l'hôpital. Il résisterait au personnel médical.

«Moubarak ne fait plus confiance à personne. Il a été surpris de trouver de nouveaux médecins traitants, différents de ceux qui le suivaient auparavant... Il ne reconnaît pas les visages autour de lui. C'est un grand problème pour lui», précise l'avocat.

«Aidez-moi, Farid! dit-il d'une voix très faible», ajoute Farid el-Deeb, citant les propos de l'ex-raïs. Moubarak lui aurait ainsi confié:  

«Je ne suis pas à l'aise, je ne me sens pas en sécurité et je pense qu'ils vont ordonner de me tuer.»

L'état de santé d'Hosni Moubarak a été confirmé par le ministre de l'Intérieur, dans un article publié ce 13 juin dans le quotidien arabophone Asharq al Awsat. 

Lu sur Masry al Yioum

 

A lire aussi 

Moubarak: farce ou procès du siècle

Street Fighter à l'égyptienne: Shafiq VS Morsy

Moubarak à frites