mis à jour le

Ethiopie: la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance

La police a conclu au suicide dans l'enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d'Etat éthiopiens.

Le corps de Simegnew Bekele avait été découvert le 26 juillet dans le centre d'Addis Abeba. Il portait la trace d'une balle dans la tempe droite et une arme avait été retrouvée près de son cadavre.

"Sa mort était due à un suicide", a indiqué la télévision publique Fana BC, citant un responsable de police anonyme.

L'ingénieur était le visage du projet de barrage de la Renaissance, un gigantesque chantier énergétique en Ethiopie, très critiqué par l'Egypte située en aval. 

Un hommage émouvant lui avait été rendu lors de ses obsèques, au cours desquelles son cercueil était recouvert du drapeau éthiopien. 

La police avait lancé des gaz lacrymogènes pour repousser la foule qui tentait de se rendre aux funérailles.

Le barrage de la Renaissance, en construction près de la frontière entre l'Ethiopie et le Soudan, sera à son inauguration le plus grand barrage d'Afrique, avec 6.000 mégawatts de capacité, l'équivalent de six réacteurs nucléaires.

Le Nil Bleu, qui prend sa source en Ethiopie, rejoint le Nil Blanc à Khartoum pour former le Nil qui traverse le Soudan et l'Égypte avant de se jeter dans la Méditerranée.

Le barrage a suscité de fortes critiques de l'Egypte qui craint que cette installation de 4 milliards de dollars (3,2 milliards d'euros) sur le Nil Bleu n'affecte le niveau de l'eau sur son territoire, situé en aval. L'Egypte dépend à 90% du fleuve pour son approvisionnement en eau.

La construction de l'ouvrage a débuté en 2011, et deux de ses 16 turbines doivent commencer à produire de l'électricité en 2018, selon les autorités éthiopiennes.

Le barrage de la Renaissance est l'un des mégaprojets menés par l'Éthiopie, qui travaille également au développement de chemins de fer et de parcs industriels afin de transformer son économie et de lutter contre la pauvreté.

AFP

Ses derniers articles: Dans les taudis de Khayelitsha, en Afrique du Sud, un confinement bien illusoire  La disparition de Pape Diouf incarne le covid-19 au Sénégal endeuillé  Kenya: le président s'excuse pour les brutalités policières 

barrage

AFP

Barrage sur le Nil: l'Ethiopie fustige une médiation américaine "non-diplomatique"

Barrage sur le Nil: l'Ethiopie fustige une médiation américaine "non-diplomatique"

AFP

Barrage sur le Nil: pas de percée lors des derniers pourparlers (Ethiopie)

Barrage sur le Nil: pas de percée lors des derniers pourparlers (Ethiopie)

AFP

Barrage du Nil: après des progrès, l'Egypte dit vouloir "poursuivre ses efforts"

Barrage du Nil: après des progrès, l'Egypte dit vouloir "poursuivre ses efforts"

police

AFP

Afrique du Sud: la police évacue des migrants qui veulent quitter le pays

Afrique du Sud: la police évacue des migrants qui veulent quitter le pays

AFP

Lesotho: la police ne "doute pas" de la maladie du Premier ministre soupçonné de meurtre

Lesotho: la police ne "doute pas" de la maladie du Premier ministre soupçonné de meurtre

AFP

Centrafrique: la police patrouille

Centrafrique: la police patrouille

Renaissance

AFP

Erythrée: endormi et vétuste, le port de Massawa croit en sa renaissance

Erythrée: endormi et vétuste, le port de Massawa croit en sa renaissance

AFP

Ethiopie: le directeur du barrage de la Renaissance retrouvé mort

Ethiopie: le directeur du barrage de la Renaissance retrouvé mort

AFP

Au Mozambique, la lente renaissance de la noix de cajou

Au Mozambique, la lente renaissance de la noix de cajou