SlateAfrique

mis à jour le

Côte d’Ivoire – Miss mathematiques, du militantisme intellectuel? (VIDEO)

«Vous n’êtes pas venues dans ces salles par hasard.»

Non. Elles n’étaient pas là par hasard. Samedi 9 juin, 351 candidates, venues de 41 communes de Côte d'Ivoire, ont pris part à la 10e édition du concours «miss mathématiques», rapporte le site Internet du quotidien ivoirien Fraternité Matin.

Elles étaient 232 élèves de classe de Troisième et 119 de Terminale à passer ce concours.

Au lycée Sainte Marie de Cocody, la concentration était à son paroxysme avant le début des épreuves.

Mains jointes, yeux fermés, ces jeunes filles savaient l’importance de ce concours qui récompense l’intelligence de la femme.

«On a besoin de filles mathématiciennes, ingénieures, de filles savantes. Faites nous changer ce pays», a déclaré un représentant de la ministre de l'Education nationale, Kandia Camara, devant une assistance 100% féminine.

Avant d’ajouter: 

«Je suis là pour vous transmettre les compliments de la ministre Kandia Camara.»



Le concours «Miss mathématiques», une des activités phares de la Société de mathématiques de Côte d’Ivoire (Smci), vise à encourager les jeunes femmes à s’orienter vers des filières scientifiques. La femme n’est-elle pas l’avenir de l’homme?

Toutefois, cette initiative manque d'un véritable soutien financier de la part des autorités ivoiriennes.

«Il faut que chaque Ivoirien puisse accompagner la vision du président de la République qui veut faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent. On ne peut pas avoir cette ambition sans des ressources humaines de qualité et reconnues comme telles», a déclaré Dr Ibrahim Lokpo, vice-président de la Smci.

Pour les organisateurs, plus qu’un simple concours, «Miss mathématiques» est un combat pour «la scolarisation et la réussite des jeunes filles».

Selon l'Unesco, sur 792 millions d’adultes analphabètes dans le monde, 508 millions sont des femmes.

Lu sur Fraternité Matin

 

A lire aussi

Les Ivoiriennes ne sont pas des objets au service des hommes

De la triste condition des femmes africaines

Miss Black France, «du militantisme esthétique?»