SlateAfrique

mis à jour le

Quand Boko Haram menace les voisins du Nigeria

Les intégristes musulmans de la secte Boko Haram ont décidément déclenché une véritable spirale de la violence au Nigeria. Il ne se passe maintenant plus une semaine où l’on n’enregistre une attaque à main armée ou à la bombe contre un commissariat de police ou une église.

Les vendredi 8 et dimanche 10 juin ont ainsi été marqués par des attaques de policiers et de chrétiens, qui ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés, dans l'Etats de Borno et dans celui du Plateau.

Vanguard écrit:

«C’était un autre dimanche noir dans la localité de Biu de l’Etat de Borno, quand des hommes armés suspectés comme appartenant à la secte islamique Boko Haram ont attaqué l’église EYN à Tabara, tuant deux fidèles, et blessant sérieusement des centaines d’autres. Notre correspondant indique que l’incident est survenu exactement à 9h00, quand des hommes armés ont ouvert le feu sur la congrégation et ont immédiatement pris la fuite sans être arrêté.»

Le même jour un kamikaze s’est fait exploser à bord de son véhicule, devant une église à Jos, dans l’Etat du Plateau, en tuant deux autres fidèles. Déjà, le 8 juin, un attentat suicide avait visé le quartier général de la police à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, faisant au moins deux morts dans les rangs des policiers.

Newswatch affirme:  

«Les activités de la secte influent négativement sur la gouvernance et l’économie. La mission de Boko Haram et de ses sponsors apparaît comme de rendre ingouvernable le Nigeria pour Jonathan (le président Goodluck Jonathan). L’administration Jonathan s’était à peine installée en mai, après le début de son mandat en 2011, que la secte a attaqué le quartier général des forces de sécurité Louis Edet à Abuja, le 17 juin 2011. Près de 73 véhicules avaient été détruits à la bombe dans un attentat suicide. Les officiels pensent que l’attaque était le premier attentat suicide à la bombe dans l’histoire du Nigeria.»

La situation au Nigeria inquiète ses voisins comme le Bénin. Car en cas de crise majeure, il sera la destination favorite des Nigérians dont beaucoup y ont déjà des familles. Ce qui pourrait aussi déstabiliser le pays. Malheureusement, la lutte contre la secte Boko Haram est loin de montrer son efficacité à ce jour.

Marcus Boni Teiga

Lu sur Vanguard, Newswatch


A lire aussi:

Pourquoi il faut voir peur de Boko Haram

Boko Haram, ennemi public numéro 1

Le Nigeria va-t-il sombrer dans une guerre de religion?

Le Nigeria peut-il disparaître?

Pourquoi le Nigeria fait peur à ses voisins