SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi les militaires libyens s'attaquent aux chalutiers italiens

Trois chalutiers italiens de Mazara del Vallo (sud de la Sicile) sont séquestrés dans le port libyen de Benghazi depuis jeudi 7 juin. Un incident diplomatique plutôt malheureux.

Les équipages des bateaux détenus en Libye, composés de 21 Italiens et Tunisiens, pêchaient dans des eaux situées entre 30 et 50 miles nautiques du port de Benghazi —c'est à dire à l'extérieur des eaux territoriales libyennes.

Sans raison apparente, des vedettes libyennes les ont accostés et leur ont imposé de les suivre, rapporte le quotidien italien La Repubblica.

Ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce type se produit entre la Libye et l’Italie.

En novembre 2011, le «Twenty-two» avait été arraisonné dans les eaux internationales par des militaires libyens puis relâché au bout de cinq jours. Des coups de feu avaient même été tirés du côté libyen.

Une situation tendue entre les deux pays qui commencent à inquiéter les armateurs et les marins.

Le président du District productif de la pêche de Mazara del Vallo, Giovanni Tumbiolo, s’est saisi de l’affaire.

Il a informé de l’incident le gouverneur libyen Abu Ajar et le vice-ministre de l’Agriculture délégué à la pêche Adnan Jibrial. Il a également contacté l’ambassadeur de l’Italie à Tripoli afin de résoudre rapidement le problème et de permettre aux pêcheurs de retrouver leur famille.

«Nous avons confiance en une résolution rapide et pacifique de cette crise. Les bons rapports instaurés entre la Libye et la Sicile dans le secteur de la pêche devrait nous aider à aller dans une telle direction», a assuré l’ambassadeur italien à Tripoli.

Au-delà, de la détention de trois chalutiers, cet incident dévoile le manque de clarté sur la délimitation des eaux territoriales de la zone. La chute de Kadhafi en Libye n’a pas résolu tous les problèmes qui existaient sous son autorité, notamment celui des frontières.

La relâchement des trois pêcheurs pourraient être l’occasion de «faire toute la lumière sur la question des eaux territoriales» de la Libye d’après l’ambassadeur.

Lu sur La Repubblica

A lire aussi

Pourquoi l'Italie ne fait plus rêver les africains?

Les forces invisibles de la Libye

Les nouveaux défis de la Libye

Au Royaume de Toro, Kadhafi est encore le «roi des rois»