SlateAfrique

mis à jour le

Afrique du Sud - Le premier TGV africain enfin opérationnel

Marre des routes congestionnées entre Johannesburg et Pretoria? Prenez donc le Gautrain!

Considéré comme le premier train à grande vitesse africain, le Gautrain est, depuis le 7 juin 2012, totalement opérationnel.

En juin 2010, à l’occasion de la Coupe du monde, le Gautrain faisait déjà la navette entre l’aéroport O.R. Tambo et le centre d’affaires de Johannesburg.

En 2011, il reliait Hartfield, un quartier de Pretoria, à Rosebank en seulement 38 minutes alors qu’en voiture, il faut plus d’une heure.

Malgré un retard de 10 mois, il reliera désormais Rosebank à Park station à Johannesburg, dernier maillon à la chaîne.

Jeudi 7 juin 2012. Park station. 7 heures tapantes. Le chef du département des transports sud-africains Ismail Vadi et le directeur de l’agence de gestion du Gautrain Jack van der Merwe, ont bravé le froid afin d’inaugurer l’ouverture de la toute nouvelle station.

«D’un point de vue commercial, l’ouverture de cette station tombait sous le sens», confiait Van der Merwe au site d’information sud-africain, News24.

«Une nouvelle ère s’ouvre pour les transports sud-africains», affirmait  en 2011 le ministre des Transports Sibusiso Ndebele.

Le Gautrain, qui tire son nom de la province de Pretoria et Johannesburg, le Gauteng, s’étend sur 77 kms et compte dix stations.

L’exploitation et la maintenance du réseau ont été confiées pour quinze ans à RATP Dev, la filiale de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) et au consortium franco-canadien Bombela, rapporte le site Afrik.com. Le canadien Bombardier transport, a conçu et financé le projet à hauteur de 20% (l’Etat sud-africain a financé les 80% restants, ndlr).

Le Gautrain a coûté 25,4 milliards de rands soit 2,6 milliards d’euros.

Lu sur News24Afrik.com

A lire aussi

Le TGV marocain, un caprice royal?

En Afrique, il est interdit de dire que le «roi» est nu

Zuma nu, un portrait qui en dit long sur l'Afrique du Sud

Les 10 économies africaines qui montent

Inimitable Mandela

Alger, un métro nommé désir