SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Comment pourrir la e-réputation de vos concurrents

Après la chute du régime de l'ancien président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, la parole s'est libérée, dans le plus petit pays du Maghreb. Et les sites d'information en ligne se sont multupliés à vitesse grand V. Dans cet immense choix, comment trier le bon du mauvais, l'information de qualité de l'intox?

Un exercice d'autant moins facile que les méthodes pour décrédibiliser la concurrence foisonnent, comme l'explique le site Tunisie haut débit (THD). Le média s'est rendu au 1er congrès de Search Marketing «TuniSeo 2012» qui s'est déroulé le 1er juin à Tunis. Et les journalistes de THD y ont appris des méthodes édifiantes.

Comment, par exemple, pratiquer le NSEO (negative search engine optimization), ou plus simplement, le référencement négatif. Le point en 7 leçons: 

Préambule: définition

«Le référencement négatif vise à faire chuter le site victime dans l’index des moteurs de recherche, tels que Google ou Bing. Voire le faire disparaître complètement», explique Aymen Turki, Manager chez le Groupe Web First Rank, cité par THD.

Leçon n°1: Les attaques «DDOS»

«La première technique de sabotage, et la plus connue, est la mise en hors-service du serveur», estime THD.

Les attaques par déni de service ont pour but d'innonder un réseau, afin d'en empêcher son accès. Il ne faut pas nécessairement beaucoup de matériel pour y arriver.

Leçon n°2: infecter son concurrent

«La deuxième technique, continue THD, consiste à pousser Google [ou tout autre moteur de recherche, ndlr] à déconseiller l’accès au portail. Comment ? En piratant le site et puis en y injectant un virus.»

Leçon n°3: le SPAM

Selon THD, il existe des logiciels permettant d'innonder les sites concurrents de spam, c'est à dire de publicités indésirables et intempestives, destinées à harceler les visiteurs du site afin qu'ils renoncent à s'y rendre.

Leçon n°4: le backlinking

Le backlinking désigne les liens d'un site internet redirigeant le visiteur vers votre propre site. Le principe est simple:

«Le saboteur peut se faire passer pour le Webmaster du ‘site victime’, contacter ces portails et leur demander de supprimer le Backlinking. Sinon, il pourra également créer ces Backlinks dans des forums/annuaires de spam ou qui présentent un contenu pornographique», continue THD.

Leçon n°5: «La duplication du contenu»

Une pratique très répandue, particulièrement efficace et simple à mettre en oeuvre consiste à créer des portails d'information reprenant mot pour mot, sans les citer, les sites internet concurrents. Les visites fuient ainsi le premier site pour se diriger vers le site pirate, qui ne produit pourtant aucun contenu propre.

Mais Tunisie Haut Débit ne s'arrête pas là, et dénonce aussi d'autres pratiques «malsaines» basées elles, sur l'utilisation des réseaux sociaux.

Leçon n°6: la e-réputation

Les campagnes de décrédibilisation des médias concurrents sur internet sont aussi monnaie courante, continue Tunisie Haut Débit. Twitter, Facebook, Google+, forums de discussion, nombreux sont les lieux d'expression où l'on peut librement pratiquer la diffamation.

Leçon n°7: comment lutter?

«Il n’y a pas de solution miracle, rapporte THD. Mais chaque portail doit continuer à s’investir dans la qualité de son contenu avant tout. Leurs webmasters devront également mettre à jour leurs techniques de référencement (SEO) pour rester au top du classement sur les moteurs de recherche.» De référencement positif ce coup-ci...

Lu sur Tunisie Haut Débit

À lire aussi

Les Algériens «like» facebook

«Facebook en Tunisie, c'est la contre-révolution»

Maroc - les seniors, meneurs de la révolution facebook

Maroc - Les «milices numériques» du roi Mohammed VI

Le collectif Dégage révèle sa révolution

Tunisie: pornographie, la Toile se libère

Tunisie: les cyberpirates s'attaquent à Ennahda