SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - Moubarak défaille à son arrivée en prison

Moubarak serait-il allergique à la couleur bleue de son nouvel uniforme de détenu?

La santé de l’ancien président jeté au bas de son trône par les manifestants de la place Tahrir s’est brutalement dégradée ces derniers jours. Depuis son arrivée à la prison de Tora, l‘état de Moubarak décline jusqu’à atteindre un seuil inquiétant selon l’agence officielle Mena, dont l'information est reprise par le site Al-Ahram Online.

Mercredi 6 juin, la santé de Moubarak a atteint une phase «critique» qui pourrait nécessiter son transfert vers un hôpital militaire ou privé.

Agé de 84 ans, le président déchu souffre de difficultés respiratoires et d'une dépression nerveuse d’après les médecins dépêchés auprès de lui.

Immédiatement après sa condamnation à la prison à vie le 2 juin, Hosni Moubarak a été emmené dans la prison-hôpital de Tora. Il a refusé de descendre de l’hélicoptère qui l’emmenait, pleurant et vociférant. L'ancien président égyptien a finalement consenti à pénétrer dans la prison au bout de deux heures de discussions. La télévision d’Etat avait alors rapporté que Moubarak souffrait d’un «état de santé critique» et qu’il recevait des soins.

L’ancien président résidait avant le verdict dans un confortable hôpital de Charm-el-Sheikh puis en banlieue du Caire. Le luxe qui l’entourait en attendant le verdict de son procès a d'ailleurs provoqué la colère des Egyptiens.

Lundi 4 juin, après la visite de sa femme Suzanne, son état s’est aggravé, rapporte le quotidien israélien Haaretz. L’ancienne première dame a sangloté devant la tenue bleue de prisonnier de son époux, stigmate de la déchéance du clan Moubarak.

«Ils m'ont amené ici pour me tuer», a affirmé Moubarak à sa femme, selon le quotidien egyptien Al Masry Al Youm.

Contrarié, il a par la suite refusé de s’alimenter toute une journée.

Depuis, il a dû être placé cinq fois sous respiration artificielle après s’être écroulé. Mercredi 6 juin, face à la situation jugée «dangereuse» pour le président déchu, les médecins ont obtenu que son fils Gamal soit transféré à ses côtés: selon eux, Moubarak a besoin de la présence de ses proches. Une demande similaire concernant son autre fils, Alaa, est toujours en attente.

Déjà, des critiques estiment que l’état de santé de Moubarak n’est qu’un prétexte pour qu’il puisse quitter la tenue bleue de prisonnier et regagner son hôpital en périphérie du Caire où il a passé les semaines précédant le procès.

Lu sur Al-Ahram Online, Haaretz

A lire aussi:

L'Égypte sort de trois décennies d'état d'urgence

«Nous avons tous été complices du régime Moubarak»

Egypte: les pro-Moubarak peuvent-ils reprendre le pouvoir?

Les brillantes erreurs de l'Egypte

«Nous avons tous été complices du régime Moubarak»