SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Pourquoi la pédophilie progresse

A la une du quotidien El Watan daté du 6 mai, un dossier spécial sur un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur en Algérie: les abus sexuels contre les enfants.

Les chiffres donnés par les services de sécurité du pays sont alarmants.

En 2010, 2.507 cas de mineurs victimes de pédophilie ont été recensés, en 2011 ils étaient 3.988 et pour les seuls quatre premiers mois de cette année, 847 cas ont été enregistrés.

Autre révélation: l'âge des victimes est compris entre deux et dix-huit ans, la moyenne est de 8 ans et les filles sont généralement plus confrontées aux viols que les garçons.

Si l’augmentation est si nette entre 2010 et 2011 —elle a presque doublé—, c’est peut-être aussi parce que de plus en plus de cas sont portés devant le tribunal.

Mais selon le quotidien, ces chiffres ne représentent qu’une infime partie de la réalité.

La loi du silence qui règne en Algérie n’y est pas pour rien.

La plupart de ces crimes sont commis au sein même de la cellule familiale, briser le silence et dénoncer ses proches reste quasi impossible.

Interrogé, Abdelkader Araar, président du réseau Nada, une association qui défend les droits de l’enfant et reçoit chaque jour de nouvelles plaintes, confirme:

«Nous constatons, à travers les plaintes que nous recevons, que les victimes de violences sexuelles sont de plus en plus parmi les plus proches des enfants. Les filles sont les premières à se plaindre du comportement de leur père, frère, cousin ou autres membres de la famille. Cela va de l’attouchement jusqu’au viol. Les conséquences sont désastreuses. La fille fugue du domicile familial et se retrouve dans la rue, notamment lorsqu’elle est enceinte», explique-t-il.

Pire encore, la commissaire de police en charge de la délinquance juvénile et de la violence contre les femmes, Kheira Messaoudène, explique qu’un nouveau phénomène se développe:

«Les violences sexuelles commises par les enfants contre d’autres enfants sont en train de connaître une hausse importante. Les raisons sont multiples et souvent, ce sont la télévision et Internet qui sont à l’origine de ces actes».

Elle ajoute que la recrudescence des cas d’abus sexuel contre les enfants est la conséquence directe d’une crise morale de la société algérienne.

Même son de cloche pour Me Farouk Ksentini, le président de la commission nationale consultative pour la promotion et la défense des droits de l’homme qui pense que les mœurs de la société algérienne ont changé. Une évolution dûe en partie à la banalisation de la pornographie «européenne», qui, selon ses dires, inonde la télévision et l’Internet algérien et participe activement à la «perversion des mœurs».   

Tous deux plaident pour la création d’un tribunal spécial pour juger les crimes et délits commis contre les mineurs ainsi que celle de lois plus strictes pour instaurer la dénonciation des auteurs de tels crimes.

L’enquête le rappelle, les violences pédophiles touchent toutes les catégories sociales et l’ensemble du pays.

Lu sur El Watan

A lire aussi

Najat Anwar, en lutte contre les pédophiles au Maroc

La tentation du X

Maroc, terrain de chasse pour pédotouristes

SOS parents battus par leurs enfants