mis à jour le

Corruption en Afrique du Sud: un ex-ministre raconte avoir été menacé de mort

Un ancien ministre sud-africain a éclairé vendredi d'une lumière crue l'influence exercée par les sulfureux frères Gupta sous le règne controversé de l'ex-président Jacob Zuma, en décrivant comment un des hommes d'affaires l'avait menacé de mort.

Les travaux de la commission d'enquête sur les scandales de corruption qui ont précipité la démission de M. Zuma il y a six mois sont entrés dans le vif du sujet avec le témoignage de l'ex-vice-ministre des Finances Mcebisi Jonas.

C'est lui qui avait le premier publiquement levé le voile sur les pratiques des Gupta, en révélant que les trois frères l'avaient convoqué en 2015 pour lui offrir le poste de ministre des Finances en échange de son aide pour obtenir des contrats.

"A la fin de la réunion, M. (Ajay) Gupta m'a redit qu'il avait des informations sur moi et que si je révélais notre rencontre, ils me tueraient", a témoigné M. Jonas vendredi.

"J'ai été très choqué par ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

L'ex-ministre a confirmé qu'Ajay Gupta lui avait proposé 600 millions de rands en liquide pour obtenir son accord.

Selon Mcebisi Jonas, le frère Gupta lui a alors affirmé sans détour: "vous devez comprendre que nous contrôlons tout (...) et que le vieux (Zuma) fera tout ce que nous lui disons de faire".

L'ancien chef de l'Etat est soupçonné d'avoir accordé pendant la deuxième moitié de son règne (2009-2018) de juteux contrats publics et des avantages indus à la famille Gupta. Il a toujours nié ces allégations, mais concédé qu'il était un proche des trois hommes d'affaires d'origine indienne.

Un des fils de M. Zuma, Duduzane, a ainsi été inculpé en juillet pour avoir participé à la rencontre décrite par M. Jonas.

M. Gupta "m'a dit que je deviendrais très riche si je travaillais avec eux (...) il a pointé son doigt sur M. (Duduzane) Zuma en disant qu'il avait fait de lui un milliardaire", a poursuivi M. Jonas devant la commission d'enquête.

Présidée par le vice-président de la Cour constitutionnelle, Raymond Zondo, elle a prévu de travailler pendant deux ans.

La participation de Jacob Zuma lui-même reste incertaine.

L'ancien président sud-africain est par ailleurs jugé devant un tribunal de Pietermaritzburg (nord-est) pour avoir touché des pots-de-vins en marge d'un contrat d'armement attribué en 1999.

Son successeur à la tête du pays, Cyril Ramaphosa, a fait de la lutte contre la corruption sa priorité.

AFP

Ses derniers articles: Ebola en RDC: l'ex-ministre de la Santé inculpé sur fond de rivalité avec Tshisekedi  RDC: "investigations" dans l'affaire des "15 millions" (parquet)  Algérie: les étudiants toujours dans la rue après l'annonce d'une présidentielle 

Afrique

AFP

Afrique de l'Ouest : un plan

Afrique de l'Ouest : un plan

AFP

Manifestation contre les féminicides en Afrique du Sud

Manifestation contre les féminicides en Afrique du Sud

AFP

En Afrique du Sud, des centaines d'étrangers déplacés par les violences xénophobes

En Afrique du Sud, des centaines d'étrangers déplacés par les violences xénophobes

corruption

AFP

Zimbabwe: liberté sous caution pour un  ancien vice-président accusé de corruption

Zimbabwe: liberté sous caution pour un ancien vice-président accusé de corruption

AFP

Zimbabwe: un ancien vice-président accusé de corruption

Zimbabwe: un ancien vice-président accusé de corruption

AFP

Soudan: le procès pour corruption de l'ex-président Béchir s'ouvrira le 17 août, annonce un de ses avocats

Soudan: le procès pour corruption de l'ex-président Béchir s'ouvrira le 17 août, annonce un de ses avocats

été

AFP

Un responsable de HRW expulsé d'Algérie après y avoir été retenu 10 jours

Un responsable de HRW expulsé d'Algérie après y avoir été retenu 10 jours

AFP

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma affirme devant une commission avoir été "calomnié" pour corruption

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma affirme devant une commission avoir été "calomnié" pour corruption

AFP

Présidentielle en Mauritanie: la volonté du peuple a été "confisquée", selon un opposant

Présidentielle en Mauritanie: la volonté du peuple a été "confisquée", selon un opposant