SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Les jumeaux adoptés font des jaloux

Quand les conflits familiaux s'enveniment, c'est parfois au juge de mettre son grain de sel pour que tout rentre dans l'ordre.

Et entre Simon Wahiu Ngure et sa femme Lucia Wacuka, un couple de fermiers kenyans d'Ol Kalou dans le comté de Nyandarua à l'ouest du Kenya, et leurs deux jumeaux de 22 ans, rien n'allait plus, rapporte le quotidien kenyan Daily Nation.

Si bien qu'après les avoir recueillis, en 1991, alors qu'ils venaient d'être abandonnés, les deux parents ont cherché à se défaire de la responsabilité de leurs enfants adoptifs, maintenant arrivés à l'âge adulte. La raison?

«L'un des deux jumeaux, Samuel Nguree, a volé différents objets dans la maison pour les revendre aux voisins, d'après les parents, alors que sa soeur, Mary Wambaire, malmenait sa mère en lui reprochant de ne pas être son parent biologique», rapporte Daily Nation.

Mais d'après les magistrats en charge de l'affaire, la demande des parents était de «mauvaise foi».

Après enquête, ils ont en effet considéré que Simon Wahiu Ngure et sa femme Lucia Wacuka avaient agi sous l'inflence de leurs proches, que la présence des deux jumeax dérangeait. Mais pourquoi?

«Vous ne pouvez pas fuir vos responsabilités parentales, et nous vous recommandons d'éviter la mauvaise influence de votre entourage, a déclaré le juge aux deux parents.

Votre entourage se verrait bien hériter de vous, et leur seul obstacle sont ces deux jumeaux».

Il faut dire que la ferme est une exploitation plutôt rentable et enviable, puisqu'elle est grande de plus de dix hectares.

D'après Daily Nation, Simon et Lucia ne se disaient pas hostiles au fait de continuer à vivre avec leurs enfants, mais à condition que ces derniers les respectent.

Certes Samuel et Mary ont reconnu avoir volé et entretenu le conflit avec leurs parents, mais c'est, d'après le rapport d'enquête, en raison du «manque de soutien financier» des deux parents.

«Ils portent vos noms et ont toujours voulu être associés à vous, a encore expliqué le juge aux parents. Tout ce qu'ils demandent, c'est que vous les aidiez pour qu'ils puissent se débrouiller. C'est pourquoi je vous condamne à leur allouer deux hectares chacun afin qu'ils puissent avoir un revenu.»

Le juge a donc rejeté la demande des parents, et leur a encore demandé de «faire la paix» avec leurs enfants. Mais l'histoire ne dit pas si les relations se sont finalement apaisées.

Lu sur Daily Nation

À lire aussi

Kenya - La prison pour les parents d'enfants qui ne vont pas à l'école

Qui s'accapare les terres agricoles africaines?

Au Kenya, le lait de chamelle fait un tabac

«Un pas en avant» pour les étudiants kenyans

Le plus vieil élève du monde fait la leçon au Kenya

Kenya: Dandora, la dévoreuse d'hommes

Les sans-abris kényans marquent les esprits