mis à jour le

RDC: le président du Sénat plaide pour le retour de Katumbi

Le président du Sénat congolais, Léon Kengo Wa Dongo, a souhaité que l'un des principaux opposants au président Joseph Kabila, Moïse Katumbi, puisse rentrer en République démocratique du Congo pour participer à l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.

"Il est le fils du pays, l'exclure c'est avoir peur qu'il se présente et qu'il puisse être élu", a déclaré M. Kengo sur Radio France Internationale (RFI).

M. Katumbi, qui vit à l'étranger depuis mai 2016, affirme avoir été empêché de rentrer en RDC début août pour déposer son dossier de candidature. Les autorités affirment qu'il ne s'est pas présenté à la douane congolaise.

L'ex-gouverneur du Katanga a été condamné en son absence à trois ans de prison. Le ministre de la Justice affirme qu'un mandat d'arrêt international a été émis contre lui.

"Oui, mais maintenant nous sommes au début des élections. Mon souhait le plus clair, c'est que tout le monde se présente. Et comme il a été condamné, qu'il demande au président de pouvoir l'amnistier", avance M. Kengo.

Le président du Sénat estime également que la candidature de l'ex-chef rebelle Jean-Pierre Bemba ne doit pas être invalidée malgré une affaire annexe de subornation de témoins devant la Cour pénale internationale (CPI) qui l'a acquitté pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

M. Kengo, 83 ans, Premier ministre sous le maréchal Mobutu, n'exclut pas que le président Kabila prépare un scénario à la "Poutine/Medvedev" en ayant désigné comme dauphin son ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.

"Analysons tout: il fait passer Ramazani, Ramazani peut être élu une fois, lui peut revenir. Moi, je crois qu'il a bien joué. S'il revient après, il peut rester autant qu'il veut", selon le président du Sénat.

La Constitution de 2006 indique cependant que le président est élu "pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois".

"Je ne vous dis pas adieu, mais je vous dis à bientôt", a déclaré le président congolais devant ses pairs de la Communauté pour le développement de l'Afrique australe (SADC) vendredi en Namibie, une petite phrase qui a ravivé la défiance de ses adversaires en RDC.

Elu en 2006, réélu en 2011 dans un contexte de fraudes massives, le président Kabila peut se maintenir au pouvoir "jusqu'à l'installation effective d'un successeur élu" selon cette même Constitution. Les élections ont déjà été reportées deux fois, fin 2016 et fin 2017.

AFP

Ses derniers articles: Burkina: au moins trois douaniers tués dans une attaque  Reçu par Macron, Ouattara défend le franc CFA, "une monnaie solide"  Soudan: mort d'un policier blessé lors de manifestations 

président

AFP

Elections au Nigeria: le président de la Cour suprême se présente

Elections au Nigeria: le président de la Cour suprême se présente

AFP

Rébellion au Tchad: visite du président Déby dans l'Est

Rébellion au Tchad: visite du président Déby dans l'Est

AFP

Comores: l'opposition indignée mais sonnée après le "coup tordu" du président

Comores: l'opposition indignée mais sonnée après le "coup tordu" du président

retour

AFP

Cameroun: retour volontaire du Nigeria d'ex-jihadistes de Boko Haram

Cameroun: retour volontaire du Nigeria d'ex-jihadistes de Boko Haram

AFP

Retour de jihadistes: politique "proactive"

Retour de jihadistes: politique "proactive"

AFP

RDC: retour

RDC: retour

sénat

AFP

Algérie: le président du Sénat réélu pour la 7e fois

Algérie: le président du Sénat réélu pour la 7e fois

AFP

Nigeria: réunion d'urgence du Sénat après la suspension du président de la Cour suprême

Nigeria: réunion d'urgence du Sénat après la suspension du président de la Cour suprême

AFP

Nigeria: le président du Sénat quitte le parti au pouvoir

Nigeria: le président du Sénat quitte le parti au pouvoir