SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Sanction impitoyable contre les mercenaires de l'ex-URSS

Ils étaient venus de leur propre initiative en Libye, mais ne sont pas près d'en partir.

Le 4 juin, dix-neuf Ukrainiens, trois Biélorusses et un Russe ont été reconnus coupables d'être des mercenaires à la solde du régime de Kadhafi et condamnés à dix ans de prison et de travaux forcés. Un autre Russe, le coordinateur du groupe, a écopé de la prison à perpétuité, rapportent plusieurs médias, dont les quotidiens algérien Le Temps et français Le Monde, ou encore l'Agence France Presse (AFP).

Ils étaient accusés d'avoir notamment préparé des lance-missiles sol-air destinés à combattre l'aviation des forces de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan), pendant la révolution de 2011.

Une zone d'exclusion aérienne avait été instaurée le 17 mars 2011, par le Conseil de sécurité des Nations Unies, afin de protéger la population libyenne, victime d'une répression sanglante par le régime de Mouammar Kadhafi.

«Lors de l'ouverture [du procès des 24 mercenaires], en avril, un porte-parole militaire avait également mentionné "d'autres accusations portant sur l'aide qu'ils ont apportée à l'ex-régime pour mater la révolte et attaquer des civils en agissant à la solde de Kadhafi et de ses brigades"», rappelle Le Monde.

Les mercenaires ont toujours nié les accusations qui pesaient sur eux, et les ambassadeurs ukrainiens et biélorusses, présents lors de l’audience, ont indiqué qu’il sera fait appel de ce verdict, qu'ils jugent «lourd».

«Avant le début de l'audience, l'ambassadeur bélarusse, Anatoly Stepus, a répété que les 24 hommes étaient venus travailler pour une société pétrolière mixte libyo-russe, rapporte pour sa part l'AFP.

Mais après l'annonce du verdict, son homologue ukrainien, Mykola Nahornyi, a déclaré que les accusés avaient été contraints de travailler avec le régime de Kadhafi "sous la menace des armes". "Ceci est inscrit dans leur dossier", a-t-il dit, sans expliquer pourquoi ces hommes étaient venus en Libye.»

Après la condamnation, la réaction russe ne s'est pas faite attendre:

«Moscou a accueilli avec perplexité cette décision injuste et trop sévère», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, dans un communiqué cité par Le Monde.

Après avoir échoué à obtenir l'acquittement de leurs ressortissants respectifs, les trois pays de l'ex-URSS tenteront d'obtenir que les condamnés purgent leur peine chez eux.

Lu sur Le Temps d'Algérie et Le Monde

À lire aussi

Ces mercenaires venus de l'Est

Kadhafi avait-il recruté des mercenaires de l'ex-URSS?

Libye: pendant la paix, la guerre continue

Libye: le Rafale s'exporte. Merci Kadhafi

L'ambassadeur russe qui aimait trop Kadhafi

Les Russes veulent reconquérir l'Afrique

Libye, un an après: à Misrata, la guerre n'est pas finie

Libye, un an après: L'homme fort de Tripoli, c'est lui

La mort du roi Kadhafi divise les Africains

Les secrets de la victoire occidentale

Libye: les milices font toujours la loi