SlateAfrique

mis à jour le

Soudan du Sud - Où sont passés les 4 milliards de dollars qui manquent à l’Etat?

Le courrier, daté du 3 mai 2012, a dû en surprendre plus d’un au Soudan du Sud.

«Environ 4 milliards de dollars viennent à manquer. Simplement détournés ou volés par d’anciens ou d’actuels responsables politiques ou bien encore de simples individus proches de l’actuel gouvernement », pouvait-on y lire.

«Le peuple sud-soudanais souffre, mais certains dirigeants ne pensent qu’à eux-mêmes.»

Signée par le président de la République, Salva Kiir, cette lettre a été envoyée à pas moins de 75 personnes: anciens comme actuels employés du gouvernement sud-soudanais, rapporte la BBC.

D’après le président, ces 4 milliards de dollars, soit un peu plus de 3 milliards d’euros, auraient été utilisés hors du pays et auraient servi à acheter des biens immobiliers, payés directement en cash.

Et aujourd’hui, l’Etat veut que ces fonds reviennent. Pour préserver la crédibilité du gouvernement mais aussi et surtout pour faire face aux graves problèmes économiques et de développement dans un pays gangrené par la «guerre du pétrole» qui fait rage avec son voisin le Soudan.

Nouvel Etat, le Soudan du Sud a déclaré son indépendance il y a un peu moins d’un an.

Lors de la session d’ouverture de l’Assemblée, le 8 août 2011, quelques jours seulement après la création de ce nouvel Etat, le président de la République avait déjà décidé de faire de la lutte contre la corruption une priorité.

Salva Kiir avait alors affirmé: «les habitants du Soudan du Sud ne vont pas rester les bras croisés et permettre que la corruption et le détournement des ressources publiques perdurent.»

Le président a promis à tous les destinataires de la missive qui feront un geste pour rétribuer l’argent volé à l’Etat de passer l’éponge et de leur pardonner. 

Quelques semaines après l’envoi de la lettre, le courrier est semble-t-il resté sans réponse.

Lu sur BBC

A lire aussi

Les deux Soudans vont-ils à nouveau rentrer en guerre?

Sud Soudan: independence day

Soudanais du Sud libérés mais désenchantés