mis à jour le

Abdelaziz Bouteflika baise la main de l'épouse du président chinois Hu Jintao, à Alger. REUTERS/Zohra Bensemra
Abdelaziz Bouteflika baise la main de l'épouse du président chinois Hu Jintao, à Alger. REUTERS/Zohra Bensemra

L’Algérie, une province chinoise?

Près de 95% des contrefaçons saisies en Algérie, en 2011, sont d'origine chinoise. Un chiffre qui souligne la mainmise croissante de l'empire du Milieu sur l'économie algérienne, du dentifrice à la construction de la Grande Mosquée.

Un raz de marée. «Les saisies de produits contrefaits ont enregistré une hausse de 84,5% en Algérie l'an dernier, passant de 379.774 produits saisis en 2010 à 700.000 en 2011», assurent les services des douanes algériennes.

Le bilan fait même état d’une sorte de catalogue des préférences des consommateurs locaux, des chinois fournisseurs et des importateurs distributeurs. En haut du palmarès des contrefaçons, les produits cosmétiques qui représentent plus de 57% des saisies. Il s’agit de la trousse de toilette de l’Algérien moyen, «notamment les dentifrices, shampooings et les rasoirs».

C’est qu’en Algérie, on trouve toutes les marques qui se vendent en Europe pour la beauté du visage, le soin du corps ou le brillant de l’ongle et du sourire. L’Europe qui fait face inonde le pays de ses spots de pub, ses campagnes et ses imageries de marques et de fantasme.

Au fournisseur chinois, il suffisait de surfer sur la vague et de greffer des produits chinois sur le fantasme européen. Qui pleut par chaine satellitaires piratée. En Algérie, la rente pétrolière et les générosités du régime post-printemps arabe ont dopé la consommation d’une nouvelle classe moyenne de la rente. Une population de salariés grassement payés qui veut acheter, consommer mais aussi séduire, se parfumer, briller et bien s’habiller.

Des produits pour le pékin moyen

D’où le deuxième au classement de la Douane algérienne: «Les articles de sport (vêtements et chaussures) qui représentent 36,22% des produits retenus pour suspicion de contrefaçon». Les Français d’origine algérienne ou algériens expatriés le savent bien: une paire de chaussures de sport dite «araignée» coûte quatre fois moins en Algérie qu’en Europe. Les emplettes se font en été, pour cette population sujette à une vaste transhumance en saison chaude et capable d’acheter bien et beaucoup avec le taux de change connu: 1 euro pour 150 dinars algériens.

Les fournisseurs chinois ont aussi investit les «produits de quincaillerie», qui comptent pour 5,56% des marchandises contrefaites saisie l'an passé. L’explication? Simple là aussi: le boom du bâtiment et les programmes de relogement en Algérie: promesse du second mandat de Bouteflika, 1,2 millions de logements neufs devraient être livrés d'ici 2014 sur les 2,45 millions prévus pendant le quinquennat.

Les nouvelles habitations impliquent un boom du marché des équipements électroménagers mais aussi un pic de la consommation des biens qui font le confort de la vie quotidienne: interrupteurs électriques, boulons, crochets, tringles, éviers, robinets...

Les Chinois l’avait compris. Sauf que la conséquence, en l’absence d’association de consommateurs fortes et de lois sévères, les accidents domestiques font des ravages. Souvent dus à des courts-circuits, à la mauvaise qualité des produits ou à des défaillances.

Le «made in China» tue et les algériens le découvriront très vite. Les  produits chinois signifient low cost, mauvaise qualité, arnaques, risques et manque de fiabilité. Le seul avantage du produit est son coût qui attire encore les salaires moyens et les faibles revenus. 

L'empire chinois du Maghreb central

Mais pourquoi accuser les Chinois précisément? Réponse: En Algérie, ils construisent presque tout et amènent avec eux carnets d’adresses et catalogues de produits. La route vers la Chine a creusé dans le ciel une ligne aérienne très fréquentée par la caste des importateurs algériens.

Selon les chiffres des douanes algériens justement, «les produits contrefaits proviennent principalement de Chine (94,44%) et de Turquie (3,56%)». Pour les chiffres, il suffit de revenir sur les aveux de l’ambassadeur de Chine en Algérie, qui a précisé que les Chinois ne sont que 30.000 en Algérie, dont 3.600 commençants et 567 entreprises.

«Oui, sauf qu’un diplomate algérien en poste à Pékin m’a confirmé que les demandes de visas de chinois pour venir en Algérie atteignent des chiffres plafonds depuis peu et que l’Algérie tente de freiner le flux très discrètement», nous affirme un patron de journal.

L’importation de main-d’œuvre chinoise peut donc expliquer aussi pourquoi l’Algérie a basculé dans le «tout-chinois» depuis une décennie.

Pour les dentifrices mais aussi pour des chantiers évalués à coups de milliards de dollars. Une liste? Le chantier de la Grande mosquée d’Alger, voulue la plus grande mosquée d’Afrique, confiée aux chinois. Le Grand Aéroport d’Alger (Houari Boumedienn), resté en chantier depuis des décennies et achevé par les chinois, justement.

La suite? «L’appétit venant en mangeant, ce groupe obtiendra la réalisation du nouveau siège du ministère des Affaires étrangères, celui du Conseil constitutionnel, la construction de l’hôtel Sheraton à Alger ainsi que des dizaines de projets de logements sociaux à Alger, Sétif, Annaba, Constantine, Oran», rappelle le site DNA qui s’est intéressé à l’empire chinois au Maghreb central, alias l’Algérie, et aux mystérieux avantages du groupe CSCEC.

Mais le plus gros cadeau restera à coup sur le projet de l’autoroute est-ouest, décroché par les chinois et les japonais pour un budget de près de 12 milliards de dollars. Rappelons enfin que le méga feu d’artifice pour fêter le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, prévu le 5 juillet prochain a été confié, selon selon plusieurs sources, à… des Chinois.

«Nous avons tout ce que vous voulez»

On se retrouve donc aujourd’hui, au pays de l’hyper nationalisme anti-français, avec 95% de produits contrefaits venant de chine. Comment? Les entreprises de l’empire du milieu bénéficient en Algérie d’une sorte de sauf conduit et de statut d’immunité qui a fait rager les algériens.

«Non seulement ils recourent à la corruption massive, avec un bureau spécialisé dans les enveloppes au sien de leurs entreprises, mais les administrateurs algériens les craignent et les favorisent pour obtenir les marchés, le ciment, les entrants, les produits. Ils ne payent pas de charges et ont le droit de travailler en rotation 3x8», confie, amer, un patron algérien spécialisé dans l’habitat. «Donnez moi les mêmes avantages qu’eux et vous verrez», conclut-t-il.

A Oran, un camp fermé aux Oranais, à la presse, au regard public, aux étrangers: celui des travailleurs chinois. C’est là qu’en compagnie d’un homme d’affaires que nous entrons déguisé en «client». On est reçu par une chinoise, artificiellement affable, qui parle algérien et français.

Très vite, après les salutations avec le patron algérien qu’elle connait, la dame se tourne pour entamer son numéro: «Nous avons tout ce que vous voulez: fenêtres, portes, dalles de sol de luxe, robinetteries…»

A la fin de la diatribe, elle sort un vrai catalogue et se dite prête à négocier le prix. Le but de notre patron algérien?

«Vous prouvez ce que je dis: les entreprises chinoises qui viennent officiellement pour construire, sont de véritables couloirs off-shore pour importations massives. Ils revendent de tout et tout ce que vous voulez. Il suffit de passer commande. Personne ne les inquiète et n’ose se pencher sur leur empire ici. C’est illégal? Oui mais qui osera? La seule chose qu’ils achètent en Algérie, se sont les légumes. Tout le reste vient de là-bas.»

C’est vrai, c’est même officielle: 95% des produits contrefaits viennent de la Chine. Et encore, ce pourcentage n’est calculé que sur la marchandise saisie. Quant à celle qui passe les filets de contrôle…

Kamel Daoud

A lire aussi

Et si la Chine aidait vraiment l'Afrique

La Chine ne doit pas ignorer la famine

La Chine premier partenaire de l'Afrique, une bonne nouvelle?

Soudans - Et si la Chine faisait la pluie et le beau temps

La Chine courtise l'éléphant Drogba

Quand Pékin fait main basse sur l'Afrique

Ghana - Les faux médicaments envahissent les hôpitaux

Des SMS contre les faux médicaments

Pourquoi les Algériens mangent du ciment, de la brique et de la peinture

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

Chine

AFP

RDC: contestation de la cession d'un terrain scolaire

RDC: contestation de la cession d'un terrain scolaire

AFP

Ticad: le Japon en terre africaine, gardant un oeil ce qu'y fait la Chine

Ticad: le Japon en terre africaine, gardant un oeil ce qu'y fait la Chine

AFP

Nouvelles expulsions de Taïwanais du Kenya vers la Chine

Nouvelles expulsions de Taïwanais du Kenya vers la Chine

classes moyennes

Hassan Haddouche

Qui sont les classes moyennes en Algérie?

Qui sont les classes moyennes en Algérie?

Empathie

Ça fait quoi de vivre dans un township?

Ça fait quoi de vivre dans un township?

boom

Comment la classe moyenne africaine a triplé en trente ans

Comment la classe moyenne africaine a triplé en trente ans

contrefaçons

Contrefaçon

Les chinoiseries ne viennent pas que de Chine

Les chinoiseries ne viennent pas que de Chine

Actualités

Contrefaçons : 550 millions de médicaments saisis en Afrique

Contrefaçons : 550 millions de médicaments saisis en Afrique