SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Les jeunes ne rêvent pas de faire leur «Mai 68»

Des chiffres officiels l’attesteraient: les jeunes Marocains ne sont pas des révolutionnaires dans l’âme et ne rêvent pas du grand soir.

En tout cas pour leur écrasante majorité, si l’on en croit l’étude que vient de publier le Haut Commissariat au Plan (HCP) et dont les résultats sont publiés par Le Matin

L’enquête porte sur un échantillon de 5.000 jeunes âgés de 18 à moins de 45 ans (31% âgés entre 18 et 24 ans, 37% entre 25 et 34 ans et 32% entre 35 et 44 ans). Elle a été réalisée du 21 mars au 5 avril 2012.

Ils sont à majorité citadins, chômeurs et vivent encore pour la plupart chez leurs parents. Ils s’identifient plutôt comme appartenant à la classe moyenne.

L’ouverture sur leur environnement passe par la télévision, la radio et l’Internet, mais déclarent se référer plutôt à la presse locale pour s’informer sur leur pays.

Les jeunes Marocains accordent peu d’intérêt à la chose publique. Seul 1% des jeunes adhèrent à un parti politique, 4% participent à des manifestations sociales.

Un jeune sur deux pense que le Maroc avance sur le chemin de la démocratie. Ils se déclarent sensibles aux questions des Droits de l’Homme et de la liberté d’expression, mais tiennent pour priorité les questions d’ordre social (travail, éducation et santé).

Le patriotisme, la famille et la religion constituent le système de référence des jeunes.

La quasi-totalité (98,5%) affirme être fière de leur marocanité. La famille pour 54,6% et la religion pour 24,1% sont considérées comme les choses les plus importantes dans la vie. Viennent par la suite le travail, le progrès du pays et enfin les études.

La famille est particulièrement évoquée par les femmes au foyer (65,7%). Deux jeunes sur trois considèrent le mariage comme une valeur de référence pour des raisons de stabilité familiale et le tiers pour des raisons religieuses, 91% considèrent que son succès dépend de la fidélité, et 81% croient qu’avoir des enfants est d’une grande importance pour sa réussite.

À côté de ces valeurs, somme toute traditionnelles, d’autres facteurs renvoient à des pratiques plus modernes comme la participation des hommes aux tâches domestiques (39%) et la préservation de la liberté individuelle (30%). La majorité des jeunes croient en l’égalité des chances entre les deux sexes dans les domaines de la scolarisation et de l’emploi. 

Lu sur Le Matin

A lire aussi

Maroc - Ces millions de jeunes qui ne rêvent que de quitter le pays

Maroc - Le Premier ministre Benkirane offre du travail aux Espagnols

Jamel Debbouze, l'ami VIP de Mohammed VI

Maroc: Le Premier ministre veut-il instaurer une charia islamo-monarchiste?