SlateAfrique

mis à jour le

Les Ecureuils du Bénin déplument les Aigles du Mali

Les «Ecureuils du Bénin», la sélection nationale de football du pays, s'est imposée le 3 juin au Stade de l’Amitié de Cotonou face à son homologue les «Aigles du Mali» par le score de 1 but à zéro.

Cette victoire a réjoui la presse béninoise d’autant plus qu’elle avait, lors de la mise au vert des poulains de Manuel Amoros dans la ville septentrionale de Natitingou, insinué que les «Ecureuils du Bénin» s’étaient éloignés de Cotonou, la capitale économique du pays, pour cacher leurs lacunes.

La Nouvelle Tribune indique :

«Au terme d’un match assez laborieux avec beaucoup de déchets techniques, les Ecureuils engrangent trois points. La tâche a été hardie et l’histoire retiendra que c’est avec beaucoup que le Bénin a obtenu sa première victoire sur le Mali en dix (10) confrontations (5 victoires pour le Mali, 1 pour le Bénin et 4 matches nuls).

Dans un 4-4-2, Manuel Amoros a aligné une défense (Anicet, Khaled Adénon, Jordan Adéoti, Arsème Ménéssou), qui n’a jamais évolué dans un match officiel. Il en va de même pour le milieu (Bello Babatoundé, Stéphane Sessègnon, Koukou Djiman, Pascal Angan).

Malgré deux bastions expérimentaux, l’équipe béninoise a tenu. Anicet Adjamonsi, crédité d’un bon match, a montré qu’il peut encore assurer la maison des Ecureuils aux côtés d’un axe central vaillant où Adéoti a fait oublier Réda Johnson. Même si en 2ème période, Bello Babatoundé a paru fatigué, il a été une satisfaction. On ne dira pas que Koukou Djiman a été parfait. Mais, hier, il a ratissé beaucoup de ballons et soigné ses relances. Le reste, pas grand-chose pour les deux capitaines (Sessègnon pour le Bénin et Seydou Kéita pour le Mali)».

Bernard Tapie qui est un des supporters de l’équipe de football du Bénin a salué cette victoire comme celle des rongeurs qui ont déplumé des aigles antipathiques.

Et Le Matinal d’écrire:  

«Jamais auparavant les Ecureuils «A» n’avaient fait plier les Aigles du Mali dans une compétition officielle. Ils y sont désormais arrivés. Les protégés de Manuel Amoros ont dominé (1-0) hier, au Stade de l’Amitié de Kouhounou, Seydou Kéita et ses partenaires lors de la 1ère journée du 2ème tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. "Le Bénin n’a jamais battu le Mali mais il y a une première à tout", avait prédit le sélectionneur des Ecureuils «A», Manuel Amoros. Son vœu a été concrétisé grâce à Razack Omotoyossi».

Lu sur La Nouvelle TribuneLe Matinal

A lire aussi

Pourquoi les équipes africaines de football ont des noms d'animaux?

Le Bénin invente le foot à deux têtes

Bénin - Les Français ont toujours la cote dans le football africain

Mali: Giresse fait son nid chez les Aigles