SlateAfrique

mis à jour le

Des blogueuses du monde arabe à l'honneur à Paris

«Les femmes du monde arabe, depuis les Révolutions du Printemps, sont dans une situation dramatique. Elles ont subi des violences morales, physiques, que ce soit au Bahreïn, au Yémen, en Egypte ou en Tunisie. C’est une vraie entorse aux droits de l’Homme», s’insurge Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie et aux Français de l’étranger, à l’occasion d’un petit déjeuner au ministère des Affaires étrangères le 4 juin à Paris, avec douze blogueuses du monde arabe.

Reçues par Yamina Benguigui, à l’initiative du Quai d'Orsay, cette rencontre était placée sous le thème de «la place des femmes dans les sociétés arabes et (de) leur participation aux révolutions» selon le site Afrik.com.

Yamina Benguigui, réalisatrice, s’est très largement intéressée à la défense des droits des femmes dans le monde arabe à travers ses films; elle était donc tout indiquée pour recevoir ces cyberactivistes.

Venues d’Egypte, de Tunisie, du Maroc ou de Bahreïn toutes ont vu et vécu la brutalité de leurs régimes respectifs en tant qu’opposantes mais également en tant que femmes.

Afrik.com revient sur quelques-unes de ces personnalités. Par exemple, Samira Ibrahim, Egyptienne, a été «contrainte par la police de faire un " test de virginité" à la suite des manifestations de mars 2011».

Les journalistes et la ministre déléguée ont, selon le site d’information, surtout évoquées les questions de liberté d’expression notamment celui des femmes indépendantes.

Ces femmes ont été directement victimes du manque de liberté.

Par exemple, pour un article humoristique intitulé «Comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique?», la Marocaine Sanaa El Aji a été condamnée à trois ans de prison avec surpris.

L’objectif de cette visite à Paris où les blogueuses resteront une semaine? Accroître leur visibilité et sensibiliser l’opinion publique à la cause des femmes blogueuses et indépendantes dans les pays arabes.

Lu sur Afrik.com

A lire aussi

Où vas-tu Tunisian Girl?

Les tests de virginité hors la loi