SlateAfrique

mis à jour le

Caroline Adomo ou la voie de la diversité aux législatives françaises

«Je refuse d’aborder la politique de cette manière-là».

Si pour beaucoup Caroline Adomo est la voie de la diversité, pour cette dernière, il n'est pas question de mêler sa «double culture», française et camerounaise, à son engagement politique, indique-telle à l'hebdomadaire Jeune Afrique.

Agée de 40 ans et d’origine camerounaise, Caroline Adomo a été investi candidate socialiste de la Ve circonscription du Val-de-Marne, dans la région parisienne, par le vote des militants socialistes de Champigny, Bry, Nogent et le Perreux le 1er décembre dernier, aux législatives du 10 et 17 juin prochain.

Titulaire d’une maîtrise en droit public, Caroline Adomo est attachée parlementaire au Sénat depuis octobre 2005. Militante qui lutte contre les discriminations, femme d’action et de terrain, elle a œuvré, à travers ses multiples expériences professionnelles (consultante en recrutement à Michael Page, secrétaire général à Talents o pluriel), à la promotion des jeunes talents et au combat pour une France juste et laïque.

Sa page Twitter résume assez bien son engagement citoyen et sa proximité avec les Français.

Sur sa page Twitter, on peut lire l'un de ses nombreux tweets:

«marché de Champigny puis marché de Nogent et enfin porte à porte géant à Nogent et à Bry dans l’après-midi».

Ou bien encore:

«Tractage au marché du Bois L'Abbe pour un vote utile socialiste dès le 10 juin afin de battre la droite au 2nd tour».

Caroline Adomo partirait tout de même avec plusieurs handicaps, rapporte Jeune Afrique.

D'une part, son manque d'expérience politique pourrait jouer en sa défaveur.

D'autre part, Gilles Carrez, député sortant et maire UMP du Perreux-sur-Marne depuis une vingtaine d’années, pourrait jouer les trouble-fête dans la candidature d'Adomo.

Dans une circonscription historiquement à droite, Gilles Carrez est arrivé en tête avec plus de 55% des voix, en 2007, contre le maire communiste de Champigny, Dominique Adenot.

Un espoir demeure, toutefois, pour la candidate: les résultats de la présidentielle de mai 2012. D’après des chiffres, la 5e circonscription du Val de Marne a en effet donné une courte avance à François Hollande en lui apportant 50,66 % des suffrages contre 49,34 % pour Nicolas Sarkozy.

Lu sur Jeune Afrique

A lire aussi

L'Afrique devrait s'inspirer de la méthode Hollande

Ce que nous dit la cabale contre Christiane Taubira

Les 10 camerounais les plus influents

Hollande, une bonne nouvelle pour l'Afrique?