SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Des déchets radioactifs découverts dans un lot de ferraille

Des traces de césium, un isotope radioactif très dangereux pour l’environnement et la santé de l’homme ont été découverts dans un lot de ferraille marocaine destinée à l’export vers l’Espagne «jetant l’opprobre tant sur le Centre national de l'énergie, des sciences et des techniques nucléaires (Cnesten) ainsi que sur le Centre national de radioprotection (CNRP)» selon le quotidien marocain Libération.

Le premier a vite réagi en démentant toute fuite radioactive au niveau de son réacteur de recherche situé au coeur de la forêt de La Maâmoura, près de Rabat.

Dans un communiqué rendu public, «le Cnesten tient à informer l'opinion publique que les installations du centre d'études nucléaires de la Maâmora fonctionnent normalement et qu'aucun incident de quelque nature que ce soit n'a été enregistré dans ce réacteur»

Il a également rappelé dans son communiqué que «dans le cadre des missions qui lui sont conférées par les pouvoirs publics en matière de collecte et de gestion des déchets radioactifs au niveau national, le Cnesten a collecté et sécurisé au cours des dix dernières années, plus de cent soixante-dix sources radioactives hors usage, évitant ainsi leur perte et tout risque pour le public et l'environnement».

Quant au CNRP, relevant du ministère de la Santé, «il n’a pas encore pipé mot sur l’affaire ni décliné sa responsabilité dans ce qui est advenu», avance Libération.

Le journal marocain rappelle ce faisant que cet incident est de nature à mettre en cause l’organisme public en charge de la commercialisation, du transport, du stockage et de toute utilisation de matériaux à rayonnements ionisants.

«Après la découverte de ce lot de ferraille radioactive, des questions s’imposent et attendent une réponse d’autant plus diligente que les entreprises, hôpitaux ou autres utilisant du matériel radioactif devenu obsolète doivent pour s’en débarrasser respecter certaines procédures légales et notamment faire appel au Cnesten qui a les moyens ou au CNRP pour décontaminer et conditionner les déchets et ferrailles dangereuses» ajoute Libération.

Les ministères de l’Energie et de la Santé publique marocains voire le chef du gouvernement sont interpellés.

«Qu’il y ait eu exportation de ferraille radioactive vers un pays tiers prouve, si besoin est, qu’il y a une faille grave dans le dispositif de contrôle et donc une responsabilité d’autant plus directe du gouvernement dans ce qui est advenu que l’Espagne pourrait non seulement demander officiellement au Maroc mais saisir aussi l’Agence internationale de l’Energie atomique. Ce qui pourrait mettre notre pays dans une position embrassante» conclut le quotidien marocain.

Lu sur Libération (Maroc)

A lire aussi

L'Afrique du Sud mise sur l'énergie nucléaire

Le nucléaire africain en plein boom

Chroniques d’une catastrophe, les Français hors d’Afrique

Le Sénégal renonce au nucléaire