mis à jour le

Mali: l'opposition accuse le pouvoir d'avoir "torturé" un membre de son équipe

Un technicien-monteur ivoirien travaillant pour le candidat de l'opposition au Mali, Soumaïla Cissé, a été "maltraité" et "torturé" par les services de sécurité maliens, a accusé mercredi la direction de sa campagne à la veille de la publication des résultats du second tour.

Abel Kouassi Konan, un employé de Smartmedia, l'agence qui s'occupe de la communication de M. Cissé, "a été libéré après trois jours de détention par la Sécurité d'Etat du Mali", a indiqué dans un communiqué le directoire de campagne du chef de file de l'opposition.

"Abel a été maltraité, torturé et est présentement hospitalisé", ajoute l'équipe de M. Cissé, qui était opposé dimanche au président sortant Ibrahim Boubacar Keïta.

Le technicien "a été enfermé sans eau, sans nourriture, en plus des actes de maltraitance qui ont gravement affecté sa santé. Tout ce qui lui est arrivé est de la responsabilité unique de la Sécurité d'Etat du Mali, qui le détenait depuis le 12 août sans aucune raison valable", ajoute le texte.

"Nous ne commentons pas ce genre de communiqué", a réagi une source sécuritaire malienne.

Six collaborateurs de Smartmedia avaient été interpellés dimanche dans les locaux de l'agence à Bamako alors que se déroulait le vote, entaché de fraudes selon l'opposition.

Quatre Français et un Malien avaient été relâchés après avoir été détenus pendant deux heures dans un commissariat. Mais l'entourage de M. Cissé était ensuite resté "sans nouvelle" du technicien ivoirien. 

Dénonçant une "conspiration", le camp de Soumaïla Cissé a également condamné la saisie "pendant plus de 24 heures" du matériel informatique et téléphonique de ses collaborateurs, "qui a, en plus, subi des intrusions".

Interrogé lors d'une conférence de presse lundi à laquelle il s'était présenté en tenue militaire, contrairement à ses habitudes, le ministre de la Sécurité publique, le général Salif Traoré, avait estimé que cette affaire n'avait "absolument rien à voir avec le candidat Cissé".

"L'élection se fait, mais le travail de sécurité se fait aussi, une activité n'empêche pas l'autre", avait-il fait valoir.

Les résultats officiels de l'élection devraient être proclamés jeudi matin. Les partisans du président sortant ont déjà annoncé qu'il serait réélu de manière "large et confortable", tandis que ceux de Soumaïla Cissé estiment que celui-ci l'emporterait si les résultats de "plusieurs localités du Nord", "caractérisés par du bourrage d'urnes", étaient écartés.

AFP

Ses derniers articles: RDC: le président Tshisekedi annonce des consultations pour résorber la crise avec les pro-Kabila  Israël et le Soudan vont normaliser leurs relations, annonce Trump  Présidentielle en Côte d'Ivoire: 11 morts 

equipe

AFP

Algérie: nouveau gouvernement de 27 membres, dont huit de l'ancienne équipe

Algérie: nouveau gouvernement de 27 membres, dont huit de l'ancienne équipe

AFP

RDC: un ministre appelé

RDC: un ministre appelé

AFP

CAN: l'Egypte applaudit son équipe malheureuse en finale

CAN: l'Egypte applaudit son équipe malheureuse en finale

pouvoir

AFP

Guinée: la tension monte encore, le pouvoir de Condé réquisitionne l'armée

Guinée: la tension monte encore, le pouvoir de Condé réquisitionne l'armée

AFP

Au Nigeria, les manifestations de jeunes contre le pouvoir dégénèrent

Au Nigeria, les manifestations de jeunes contre le pouvoir dégénèrent

AFP

Présidentielle en Ouganda: Bobi Wine accuse le pouvoir de vouloir l'empêcher de se présenter

Présidentielle en Ouganda: Bobi Wine accuse le pouvoir de vouloir l'empêcher de se présenter