SlateAfrique

mis à jour le

Feu vert pour l'usine Renault en Algérie

Véritable serpent de mer depuis des années, le projet de création d’une usine Renault en Algérie devrait finalement voir le jour selon Le Figaro qui annonce la signature d’un accord-cadre entre le constructeur automobile français et l’Etat algérien. 

«Je vous confirme qu'un accord-cadre a été signé mais les discussions se poursuivent» en vue de la finalisation de cet accord a déclaré une porte-parole de la firme au losange à l’AFP confirmant l’information dévoilée par Le Figaro. Elle a précisé que la signature était intervenue le 25 mai.

A la fin d'avril, le ministre de l'Industrie algérien, Mohamed Benmeradi, avait reconnu que Renault n'était pas satisfait du lieu d'implantation proposé, «loin du bassin d'emploi et n'offrant pas les opportunités nécessaires».

Au début de février, le PDG de Renault, Carlos Ghosn, avait indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise par le constructeur sur ce projet, alors que M. Benmeradi avait assuré quelques jours auparavant qu'Alger et Renault étaient sur le point de signer un protocole d'accord.

Contrairement au Maroc où Renault a déjà une unité à Tanger dont l'essentiel de la production de voitures low-cost est destinée à l'exportation, le projet algérien est destiné au marché local en forte expansion.

D’après Le Figaro, «cette implantation commencerait par la fabrication de la voiture la plus vendue par Renault sur ce marché: la Symbol, une Clio 2 avec un coffre apparent, proposée notamment au Maghreb. Ce véhicule serait uniquement destiné au marché algérien». Une information que la direction de Renault se refuse de confirmer.

Malgré La signature de cet accord après deux années d’âpres tractations, «les discussions traînent en longueur car les deux parties s'affrontent sur le lieu d'implantation: le gouvernement algérien privilégie le site de Jijel, une ville portuaire située à 350 kilomètres à l'est d'Alger, pour des raisons d'aménagement du territoire, alors que Renault préférerait la banlieue d'Alger, où il est plus facile de trouver de la main-d'œuvre qualifiée. Le gouvernement algérien semble aussi vouloir un projet plus ambitieux, concernant le volume de production, que celui proposé par le groupe français» explique Le Monde.

Alors que Renault table sur une cadence initiale de 25.000 voitures la première année, Alger, plus ambitieux, mise de son côté sur une capacité de 75.000 véhicules, puis 150.000. Là aussi, les deux parties ne s’entendent pas sur la cadence de production.

«A la différence de l’Algérie, Renault n’a pas rencontré de grandes difficultés pour s’implanter au Maroc. Bien au contraire, le roi Mohammed VI a d’ailleurs déroulé son tapis rouge à la marque automobile. Bouteflika n’en a pas fait autant. Alger a pour habitude de rester prudent face aux demandes d’implantations de multinationales. Le groupe attend de l’Etat un véritable accompagnement et non du dirigisme», commente Afrik.com qui relève par ailleurs, chiffres à l’appui, le fort potentiel du marché automobile algérien.

Pour rappel, l’inauguration de Renault au Maroc avait suscité une vive polémique dans les milieux politiques.

En plein débat sur la desindustrialisation française, François Hollande, alors candidat à l’Elysée, avait déclaré: 

«l'ouverture d'une usine Renault géante au Maroc illustre le gouffre qui existe entre les paroles et les actes du gouvernement français qui, en tant qu'actionnaire, aurait pu l'empêcher»

Hollande avait condamné le fait que le gouvernement ait «laissé faire». «Quand on est au capital, on pèse», avait-t-il dit sur Canal+.

«Vous vous rendez compte, l'écart entre les paroles et les actes ? Au moment où se prononcent des phrases définitives sur le 'produire français', et bien voilà, un acte fait en toute impunité», a-t-il ajouté.

Et de préciser que, s'il était élu, il poserait des «règles» et exigerait «une stratégie»…

Lu sur Le FigaroLe MondeAfrik.com

A lire aussi

Algérie - Le rêve d’implantation d’une usine Renault vire au cauchemar

Algérie: le legs de Sarkozy à Hollande

Renault à Tanger, un cauchemar pour Sarkozy?

Maroc - Le monospace fabriqué à Tanger qui inquiète les Français

Tanger de tous les dangers