SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Pourquoi le métro est vide

Le métro parisien ne désemplit pas, il en est de même à Londres ou à Berlin. Marre de cette foule? Venez prendre le métro à Alger.

Des rames vides, des passagers qui se font rares et des chiffres de fréquentation en baisse, c’est l’amer constat que rapporte le site d’information en ligne Maghreb Emergent.

Ouvert en grande pompe le 31 octobre 2011, avec cérémonie dirigée par le président algérien Abdelaziz Bouteflika qui s’offrait alors des bains de foules, le métro d’Alger s’était longtemps fait désirer: Les Algérois attendaient sa création depuis une trentaine d’années.

Aujourd'hui, après 7 mois d’exploitation, le bilan n’est pas positif:

 «Un million de passagers emprunteraient ainsi chaque mois l’unique ligne de 9 kms (qui traverse la ville d’Est en Ouest, ndlr) selon Omar Hadbi, PDG de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), interrogé sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, lundi 28 mai», explique Maghreb Emergent.

Un millions de passager par mois, c’est en moyenne 33.333 passagers par jour. On est loin des 80.000 qui avait emprunté cette ligne 1, le premier jour d’exploitation.

Ces chiffres ont tardé à être dévoilés. L’EMA n’avait pas communiqué sur le bilan de l’exploitation depuis le mois de janvier 2012.

Pourquoi avoir tenu cinq mois dans le silence? Peut-être parce que l’objectif initial n’a pas été atteint. Au départ, la société tablait sur deux millions de voyageurs par mois.

Le PDG lui-même a avoué être «en deçà des attentes» tout en affirmant, sur un ton un peu plus optimiste que «tous les réseaux neufs mettent du temps à se remplir». Et de prendre pour exemple la ligne 14 du métro parisien, construite en 1998 et entièrement automatisée, et qui a mis plusieurs années avant d’être exploitée pleinement.

Si les Algérois boudent le métro, c’est peut être aussi à cause de son prix. Les cinquante dinars (environ 0,50 centimes d’euros) pour un aller simple avaient été décriés lors du lancement: «trop cher» pour les bourses modestes jugeait la presse à l’époque.

Pour rattraper ce départ médiocre, la société d’exploitation parie sur la mise en service de la ligne de tramway qui devrait rejoindre celle du métro. L’inauguration devrait avoir lieu le 15 juin.

Avec ces deux lignes, la capitale algérienne se dote d’un système moderne de transport en commun.

Lu sur Maghreb Emergent

A lire aussi

Alger, un métro nommé désir

Algérie – Le métro le plus lent du monde

L’Algérie entasse ses pétrodollars