SlateAfrique

mis à jour le

L'Égypte sort de trois décennies d'état d'urgence

C'est la fin de 31 ans d'état d'urgence qui vient d'être déclarée en Égypte, révèle le quotidien égyptien Al-Ahram.

«Le Conseil supérieur des forces armées (CSFA) a annoncé jeudi (31 mai) la levée de l'état d'urgence, en vigueur de longue date.

Il a ajouté qu'il continuerait à sécuriser le pays jusqu'au 30 juin, et la passation de pouvoir consécutive au futur résultat de l'élection présidentielle», explique encore al-Ahram.

Le second tour de l'élection présidentielle opposera les 16 et 17 juin le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, au dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, arrivés entête du premier tour de scrutin des 23 et 24 mai. 

La loi sur l'état d'urgence devait expirer au 31 mai à minuit, elle ne sera pas cette fois-ci reconduite.

L'état d'urgence avait été déclaré en Égypte, à la suite de l'assassinat du président Anouar el-Sadate, le 6 octobre 1981, et la prise du pouvoir par Hosni Moubarak, qui a dirigé le pays jusqu'à la révolution de janvier 2011. Il permettait notamment la détention illimitée, et sans motif d'inculpation.

En mai 2010, alors qu'Hosni Moubarak était encore au pouvoir, l'état d'urgence avait été «limité aux faits liés au terrorisme ou à la drogue» rappelle pour sa part le site de la chaîne d'information saoudienne Al-Arabiya.

L'organisation non gouvernementale Humans Rights Watch (HRW), citée par al-Ahram, a tout de même émis quelques recommandations:

«Le parlement devrait aussi assurer que toutes les mesures exceptionnelles de la loi soient suspendues et le ministre de l'Intérieur doit relâcher les 188 personnes toujours détenues dans les prisons égyptiennes sous le coup de l'état d'urgence. Leurs procès devraient être transférés à des cours civiles.»

Lu sur Al-Ahram, Al-Arabiya et BBC Africa

À lire aussi

Les armées «arabes» sont-elles solubles dans la démocratie?

Les brillantes erreurs de l'Égypte

«Nous avons tous été complices du régime de Moubarak»

Egypte: les pro-Moubarak peuvent-ils reprendre le pouvoir?

Les pro-Moubarak peuvent-ils reprendre le pouvoir?

Égypte: la société civile en danger