SlateAfrique

mis à jour le

L'écrivain Gilbert Gatore, une plume sans papier français

«J’ai eu le sentiment de me faire cracher à la figure»

Amertume et déception, telle est la réaction de l’écrivain Gilbert Gatore après un deuxième refus, le 29 mai, de sa demande de nationalité française en sept mois.

Cet écrivain d’origine rwandaise vit depuis 10 ans sous le statut de réfugiés politiques, il est devenu sans papier depuis décembre 2011 et risque l’expulsion si son statut n’est pas renouvelé.

Pourquoi un tel refus? Une bête histoire fiscale que relate Télérama.

L’écrivain a traversé une phase financière délicate en 2010 après avoir monté une entreprise qui n’a pas rencontrée le succès escompté. C'est un arriéré d'impôts de 3.845 euros, pourtant réglé depuis, qui lui a apparemment coûté sa naturalisation. La Direction de l'accueil, de l'intégration et de la citoyenneté fait en effet état d'«un comportement fiscal jusqu’à récemment sujet à critiques».

Gilbert Gatore vit en France depuis 1997, il a fréquenté les bancs de l’IEP de Lille puis d’HEC. En plus d’un CV sans tâches, il est l’auteur du Passé devant soi, une fiction sur l’horreur du génocide rwandais qui a remporté le Prix Ouest-France/Etonnants voyageurs au festival de Saint Malo en 2008.

L’écrivain préfère continuer dans une autre voie que la littérature, malgré le vif succès de son roman, et devient directeur commercial dans une agence de publicité. Il monte par la suite son entreprise dont l’échec provoque une partie de ses temporaires difficultés financières et fiscales.

Jusqu’en août 2010, il se refusait à demander la nationalité française puis il décide de sauter le pas.

«J'avais passé plus de temps en France qu'au Rwanda, le moment était venu. J'avais envie d'être Français. Je n'imaginais mon avenir nul part ailleurs qu'ici», déclare-t-il au magazine Télérama.

Après cette requête, Gilbert Gatore subit de nombreux entretiens, des tests et beaucoup d’attente. Pour finir, son avenir en France, l’administration n’en a pas voulu.

Une question subsiste, soulevée par le magazineTélérama. Si l'administration française n'accorde pas la naturalisation à un homme qui se présente comme le «modèle d'intégration à la française», régulièrement mis en avant par les hommes politiques, à qui l'accordera-t-elle?

Lu sur Télérama

A lire aussi

Les meilleurs auteurs africains de la décennie sont des femmes

Qui de Césaire ou de Senghor est le plus grand écrivain de la négritude?

Tribune: Alain Mabanckou écrit-il pour les blancs?

Où sont passés les philosophes africains?

France: à quand une loi sur le génocide rwandais