SlateAfrique

mis à jour le

Comment l'Afrique est devenue le Far-West du business de l'adoption

Un business comme un autre?

«L'adoption peut devenir une vaste industrie tournée vers le profit, avec les enfants pour marchandise», s’alarme le African Child Policy Forum (ACPF), un groupe basé à Addis Abeba, en Éthiopie.

Selon le rapport de l’association, le nombre d'enfants africains adoptés par des parents originaires d’un autre continent a en effet augmenté de façon spectaculaire: +400% entre 2004 et 2010.

«L'Afrique est de plus en la nouvelle frontière pour l'adoption internationale.»

C'est un peu le Far-West aussi. Car de nombreux pays africains ne disposent pas des garanties suffisantes ni de l'arsenal juridique pour protéger les enfants.

La preuve, selon les experts du ACPF:

«La majorité des soi-disant orphelins adoptés en provenance d'Afrique ont au moins un parent vivant et de nombreux enfants sont victimes de la traite ou vendus par leurs parents.»

Seuls 13 pays africains ont ratifié la Convention de La Haye (1993), qui prévoit des garanties diverses pour essayer de s'assurer que les enfants ne sont pas adoptés illégalement.

Insuffisant surtout quand ces pays subissent des «pressions».

ACPF rapporte les témoignages préoccupants de délégués africains qui assurent que leurs pays ont été «priés instamment» de fournir plus d'enfants pour l'adoption internationale. Une offre d'aide au développement peut ainsi être faite en contrepartie d'une amélioration d'un programme d'adoption internationale.

«Les gens désireux d'adopter se tournent de plus en plus vers l'Afrique parce que les changements dans les modes d'adoption et les lois dans d'autres pays ont entraîné une pénurie d'enfants adoptables», précise le rapport.

Des pays comme la Chine, la Corée du Sud, le Guatemala, la Russie, la Roumanie ou l'Ukraine ont resserré les règles d'admissibilité afin de limiter l'adoption à l'étranger et, à l'inverse, promouvoir l'adoption nationale.

Plus de 41.000 enfants africains ont été adoptés depuis 2004, rappelle la BBC. Une grande majorité en provenance de l'Ethiopie (près des 2/3 en 2009 et 2010).

En 2011, plus d'un tiers des adoptions internationales par des ressortissants français a concerné des enfants africains. Pays d'adoption les plus sollicités: l'Ethiopie, le Mali, la RDC, la Tunisie, Madagascar, le Cameroun, Djibouti et la Côte d'ivoire.

Lu sur BBC et African Child Forum

A lire aussi

Afrique du Sud, l'adoption en noir et blanc

Le Malawi à l’école de Madonna

Stage de culture éthiopienne pour familles adoptives

Maroc - Une religieuse espagnole accusée de trafic de bébés