SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi la droite française s'acharne sur la ministre guyanaise Christiane Taubira

Comment, en l'espace d'une semaine, la nouvelle ministre de la Justice française, Christiane Tabira est devenue la tête de turc de l'UMP, le parti de l'ancien président français Nicolas Sarkozy?

Le tout, sur la base d'une rumeur infondée, qui s'est propagée sur Internet à une vitesse démesurée.

Dans un article publié le 20 mai, le site d'information participative français LeLab.fr démontre que les accusations de l'UMP sont totalement infondées.

Ce parti de droite reprochait à la ministre de gauche d'être communautariste et emplie d'«idéologie et de sectarisme».

Selon la rumeur, propagée sur les réseaux sociaux, elle aurait déclaré sur RFI, sans qu'aucune date ne soit précisée:

«Brûler des drapeaux français, c'est un geste de liesse pardonnable.»

La radio internationale française a démenti la tenue de tels propos à son antenne par la ministre guyanaise. Ce qui n'a pas empêché l'UMP de «surfer sur une fausse rumeur» comme l'écrit le site d'information Europe1.fr dans un autre article, publié le 22 mai:

«Lionnel Luca, député de la Droite populaire demande à la ministre de la Justice de "s'expliquer".»

Des réactions similaires d'élus UMP circulent alors dans les médias.

Cette fausse rumeur vient s'ajouter à celle selon laquelle des drapeaux français auraient été brûlés, le soir du 6 mai, jour de l'élection de François Hollande. On avait alors vu place de la Bastille à Paris, de nombreux drapeaux étrangers, mélangés aux drapeaux français.

Aussi, il était facile pour la «sulfureuse droite populiste», comme la décrit Europe1.fr, de faire l'amalgame entre drapeaux français brûlés et drapeaux étrangers brandis. Et d'accuser la gauche de désamour de la France.

Aussi:

«À peine Christiane Taubira est-elle nommée ministre, le 16 mai, Jean-Paul Garraud [un député UMP, ndlr], déclare que "la composition" du gouvernement lui donne "mal à la France", en pointant l'élue guyanaise», poursuit Europe1.fr.

Christiane Taubira s'est finalement retrouvée au coeur d'une campagne de lynchage politico-médiatique, et des personnes comme le polémiste Éric Zemmour, se sont chargées de mettre de l'huile sur le feu.

Lors d'une chronique très critiquée sur la radio française RTL, Zemmour s'en est pris nommément à Mme Taubira avec des propos frôlant le racisme. Il a même été soutenu par la présidente du Front National, Marine Le Pen.

Comme quoi, une rumeur peut être une redoutable arme politique.

Lu sur LeLab.fr et Europe1.fr

À lire aussi

Marine Le Pen soutient le chroniqueur Éric Zemmour

Christiane Taubira, la ministre anti-hommes blancs? (VIDÉO)

Les drapeaux étrangers menacent-ils l'identité française?

Patrick Lozès, «Candidat, et pourquoi pas?»

France, touche pas à mon poste!

Le Pen en force, à qui la faute?

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

L'irréductible fascisme du Gaulois

«Comment être français comme des blancs?»