SlateAfrique

mis à jour le

Bénin - Les dessous d’un tête-à-tête entre François Hollande et Boni Yayi

Après la rencontre entre le roi du Maroc, Mohammed VI, et le nouveau locataire de l’Elysée, François Hollande, le président Boni Yayi du Bénin est le premier chef d’Etat d’Afrique subsaharienne que le président français reçoit en tête-à-tête, le 29 mai à Paris. 

Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères du Bénin

«le Chef de l’Etat  discutera avec son homologue sur des sujets tels que la lutte contre le terrorisme et la nécessité de renforcer la sécurité et la sûreté maritimes en Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre l’autosuffisance alimentaire du continent et la lutte contre la famine ; la protection de l’environnement contre l’avancée du désert et les risques liés aux changements climatiques ; la santé et l’éducation, etc.»

Plusieurs sources concordantes ont révélé que la rencontre entre Boni Yayi et François Hollande a été l’œuvre du banquier franco-béninois, Lionel Zinsou. Ce proche du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans le cabinet duquel il avait travaillé du temps où celui-ci était Premier ministre (1984-86), est en effet de surcroît conseiller technique du président béninois.

La Nouvelle Tribune souligne:

«Près de dix jours après leur première rencontre à Camp David (Etats-Unis), les Chefs béninois Boni Yayi et français François Hollande se rencontrent ce jour à l’Elysée. Selon nos sources, le tête à tête entre les deux hommes d’Etat  est prévu pour 10h. La rencontre devrait durer un peu moins d’une heure, le temps pour permettre aux deux présidents de discuter de tous les sujets brûlants de l’actualité. En tant que président en exercice de l’Union Africaine(Ua), Yayi est beaucoup attendu sur les sujets africains».

Au-delà de bénéficier des relations de Lionel Zinsou, Boni Yayi présentait aussi l’avantage d’être le président en exercice de l’Union africaine (Ua). Et la situation actuelle de l’Afrique méritait que les autorités françaises s’informent et discutent avec lui des grands sujets du continent.

Il n’empêche cependant qu’il s’agit d’une aubaine pour le président béninois dont le pays s’enfonce de plus en plus dans une crise économique avec les difficultés notamment du port de Cotonou, de parler de coopération bilatérale.

Lu sur La Nouvelle Tribune

A lire aussi

Le premier chef d'Etat d'Afrique subsaharienne reçu à l'Élysée est...

Le président de l'Union africaine remet le dossier malien à François Hollande

Ce que le nouveau chef de la diplomatie française sait de l'Afrique

La légion africaine de François Hollande

Mohammed VI et François Hollande à la recherche du temps perdu

Ce que l'élection de Hollande va changer pour l'Afrique

Le grand retour des «Francophones»