SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - «Honteuse» augmentation des salaires des députés

La confiance est-elle brisée entre les électeurs tunisiens et leurs élus?

Les députés de l'Assemblée Nationale Constituante (ANC) de Tunisie ont récemment décidé d’augmenter par eux-mêmes et avec un accord unanime leurs salaires provoquant un tollé sur Internet et dans les médias comme le remarque le site Nawaat.org.

Les députés de la Constituante ont consacré le 17 mai leur séance de travaux à la condition des députés. Au cours cette dernière, qui s’est déroulée à huit clos, ils ont débattu notamment de sujet comme la couverture sociale ou le congé maternité pour les députés femmes.

Mais il semble que ce soit le sujet des salaires qui aient jeté un pavé dans la marre.

De combien parle-t-on?

Les premiers chiffres qui ont fuité indiquaient que les députés allaient désormais recevoir 4.800 dinars (2392 euros) au lieu des 2.300 (1146 euros) qu’ils percevaient chaque mois.

Après la publication de ce chiffre sur Business News, plusieurs députés ont réagi et démenti en réajustant le montant accusant même le site de diffamation. Certains ont déclaré que le salaire passera à 3.700 dinars (1844 euros), d’autres à 4.200 dinars (2092 euros) en incluant des primes de logements et de transports.

Des primes utiles selon leurs dires pour permettre aux députés qui n’habitent pas à Tunis de se loger décemment ou de se déplacer plus facilement. D’autres ont aussi fait valoir que cette augmentation était légale et pouvait aussi permettre d’éviter la corruption.

Au milieu de tout cela, Sahbi Atig, président du groupe parlementaire du parti Ennahda a déclaré que son parti s’opposait à la mesure —bien que les membres de son groupe l’aient approuvé le 17 mai— et qu’il souhaitait qu’une partie du salaire de ses députés soit versée pour financer les réformes de l’emploi. Opportunisme? Très certainement pour le site Webdo.

Cette affaire a provoqué une grande cacophonie donc. De quoi entacher l’image des députés auprès des citoyens tunisiens.

Le magazine Kapitalis qualifie cette augmentation de «honteuse» étant donné le niveau de vie de nombreux Tunisiens et l'état de l'économie

«Cette augmentation est une faute morale qui donne aux gens l’envie de redescendre dans la rue pour re-faire la révolution. Parce qu’ils ont l’impression que les acteurs ont changé mais qu’on continue de leur jouer la même pièce de théâtre», note le magazine.

Même son de cloche pour Business News:

«Il est lointain le jour où les Tunisiens patientaient dans les très longues files d’attente pour insérer dans l’urne leur bulletin de vote. C’était il y a sept mois à peine, pourtant. Mais il n’en fallait pas plus pour que les électeurs, toutes tendances confondues, perdent confiance en leurs élus.»

Au final, et toujours d’après Business News, il semblerait que le ministre des Finances, Houcine Dimassi ait décidé de suspendre le virement des salaires des députés et de ne pas valider —pour l’instant— l’augmentation.

Lu sur Nawaat, Kapitalis

A lire aussi

L'économie tunisienne va-t-elle redécoller? 

Le défi économique de la Tunisie de l'après Ben Ali

Est-il permis de critique le pouvoir (provisoire) tunisien? 

Ben Ali intéresse-t-il encore son peuple?