SlateAfrique

mis à jour le

L'Algérie s'arme sans compter

Selon le rapport annuel de l’Institut international de recherche pour la paix (Sipri) sur le commerce des armements durant la période 2006-2010, avec 3,548 milliards de dollars (2,54 milliards d'euros) dépensés en 2007 acheter des d’armes (un chiffre en constante augmentation ces dernières années), l’Algérie en est le premier importateur en Afrique, et le huitième mondial.

L’Algérie «s’est engagée dans un important processus de modernisation de ses équipements militaires qui s’est traduit par l’achat de 180 tanks, 28 avions, 2 sous-marins et d’un nombre significatif de systèmes de défense aérienne», écrit le rapport.

Selon l’institut Sipri, basé à Stockholm (Suède), l’Algérie a acheté 3% des armes conventionnelles vendues dans le monde, à égalité avec les États-Unis et l’Australie. Au niveau de l’Afrique, le pays a acquis à lui seule 48% du total des armes vendues.

«Les commandes et les livraisons de ces armes potentiellement déstabilisantes ont conduit à une course aux armements dans des régions où règne la tension: Proche-Orient, Afrique du nord, Amérique du sud, Asie du sud et Asie du sud-est», analyse l’institut.

Le responsable de l’enquête, Paul Holtom, estime qu’au cours des cinq années passées, «les Etats riches en ressources naturelles ont acheté des quantités considérables d’avions de combat à prix élevé. Les pays voisins ont réagi à ces acquisitions en passant commande à leur tour. [...] On peut s’interroger sur le bien fondé de l'allocation de telles sommes dans des régions extrêmement pauvres», poursuit-il.

Le rapport estime que l'Algérie, ainsi que «les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient représentent, pour les exportateurs d’armes, des marchés lucratifs potentiels compte-tenu des profits réalisés ces dernières années grâce à leurs ressources naturelles. [...] Les tensions internes et inter-étatiques nourrissent aussi bien une demande croissante que des inquiétudes certaines», expliquent les experts du Spiri.

Sur la période 2006-2010, les quatre premiers importateurs d’armes classiques se trouvent en Asie: l’Inde, avec 9% de l’ensemble des importations, la Chine (6%), la Corée du Sud (6%) et le Pakistan (5%). «Ces pays ont importé et continuent de recevoir une variété d’armes lourdes conventionnelles, notamment des avions de combat et des systèmes navals», relève le SPIRI.

Lu sur Afrik.com, El Watan, Algérie-Focus