SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Un Las Vegas pharaonique dans le désert? (VIDEO)

Construire une véritable ville touristique au cœur du désert marocain, près de la cité de Dakhla, au sud-est du pays, et face à l'océan Atlantique.

Tel est le projet pharaonique porté par Injaz Invest, une société basée en Suisse qui serait prête à investir la bagatelle de 40 milliards de dollars dans ce projet, rapporte le site marocain Yabiladi.com.

La ville, qui devrait surgir de terre à l'horizon 2024, s’étendra sur 70 kilomètres carrés et pourra accueillir 400.000 personnes.

On y trouvera des maisons, des hôtels, des centres commerciaux mais aussi des bâtiments à l’architecture improbable, dont un en forme de sablier géant et un autre en forme d’aigle. La ville devrait être divisée en 16 quartiers différents.

Un projet titanesque et unique, à mi-chemin entre parc d’attraction et complexe touristique. Ce qui fait penser à la cité artificielle américaine, Las Vegas, avec sa fausse tour-Eiffel et ses hôtels gigantesques.

Pourtant, sur son site, la société en donne une description un brin mystique, assumant d’autres visées:

 «La ville d’Alzaman, ce qui signifie le Temps, englobe les réalisations les plus incroyables des cultures de l’humanité. Au lieu de présenter de simples décors et des contrefaçons bon marché, la ville transporte directement ses visiteurs dans un passé qui est vivant. Un passé où ils pourront découvrir le chemin vers leur propre avenir paisible. Dans cet environnement très divers, ils pourront apprendre à faire confiance et à apprécier les cultures étrangères.»

Il ne serait donc pas seulement question de la construction d’un énième projet touristique au Maroc car la société a, semble-t-il, des ambitions un peu plus humanistes: réconcilier les différentes cultures de l’histoire de l’humanité. La vidéo qui présente le projet est particulièrement inspirée:

Injaz Invest est une jeune société, fondée en 2009 par le Cheikh Saoudien Taha Saleh al Nuaimi, selon Yabiladi.

Comme le souligne le site marocain, il convient de s’interroger sur la faisabilité de ce concept utopiste:

«Sans considérations rationnelles sur la viabilité de ce projet, cette cité pharaonique dédiée au brassage culturel pourrait connaitre un sort analogue à celui qui, dans la Bible, fût réservé à la tour de Babel.»

Lu sur Yabiladi.com

A lire aussi 

Les touristes, ça s'en va et ça ne revient pas

Le Rif, nouvelle vitrine du Maroc

Google au secours tu tourisme tunisien