SlateAfrique

mis à jour le

Israël - Emeute raciste contre des migrants africains à Tel-Aviv

Considérés par le parti au pouvoir en Israël comme un «cancer pour la nation», des migrants africains ont été attaqués à Tel-Aviv, rapporte le Guardian de Londres.

A l’origine, c’est un rassemblement politique qui a mal tourné mercredi 23 mai au soir pour se transformer en une véritable émeute raciste. Répondant aux appels enflammés de certains responsables du Likoud, des centaines de manifestants se sont livrés à des violences contre des demandeurs d’asiles africains.

Une douzaine de migrants ont été blessés alors qu’ils passaient dans la rue. Des maisons ont été saccagées et des boutiques pillées.  

Le quotidien israélien Harretz note que la foule s’échauffaient aux cris de «nous voulons l’expulsion des Soudanais» ou encore «Infiltrés, sortez de nos maisons».

Les violences se sont crispées autour de la communauté sud-soudanaise réfugiés en Israël. D’après les chiffres officiels, ils seraient plus de 3.000 à vivre sur les terres de l’Etat hébreu. Leur situation est d’autant plus compliquée que le gouvernement considère que leur demande d’asile n’ont pas lieu d’être car il n’y aurait pas de menace directe au Sud-Soudan pour les populations.

Par conséquent, le gouvernement souhaite organiser une déportation de masse dès la fin du mois de mai si la cour de justice de Jérusalem arrive à prouver que les réfugiés ne sont pas directement menacés dans leur pays natal.

Pour l’instant, la cour a émis un refus temporaire d’expulsion après avoir reçu une pétition signée par plusieurs ONG.

Le climat de tension entre la population israélienne et les immigrés court depuis des semaines déjà.

«Certains travaillent illégalement et la majorité d’entre eux vivent dans les quartiers les plus pauvres de Tel-Aviv où ils sont en compétition avec les travailleurs de la classe populaire originaires du Moyen Orient ou de l’Afrique du Nord. La nuit, les parcs et les espaces verts sont envahis par ces migrants qui y trouve un endroit pour dormir», explique le Guardian.

Dimanche 20 mai, c’est le Premier ministre Benjamin Netanyahou qui avait regretté la présence des migrants africains sur le territoire en déclarant:

«Le phénomène de l'infiltration illégale à partir de l'Afrique est extrêmement grave et menace les fondements de la société israélienne, la sécurité nationale et l'identité nationale».

Pour lutter contre cette vague de migrants qui franchissent la frontière en passant par l’Egypte, le gouvernement israélien a décidé d’accélérer la construction du mur métallique sur les 200kms de frontière.

Lu sur The Guardian

A lire aussi

Israël - Les Africains subsahariens ne sont pas des violeurs

Israël fait son comeback en Afrique

Israël veut ériger un mur contre les clandestins africains

Pourquoi le Soudan du Sud est un allié stratégique d'Israël