SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Nollywood s'exporte sur la Toile

«Tout a commencé lorsqu'il réalisa que sa mère rencontrait parfois des difficultés à se procurer le dernier film de Nollywood à Londres. Il en déduit que beaucoup d'autres dans le monde devaient être dans le même cas», écrit la BBC dans un portrait paru le 7 mai.

Jason Njoku, un Nigérian de 31 ans, diplômé de l'université de Manchester (Angleterre) depuis 2005, s'est lancé en 2010 dans l'aventure Iroko Partners. Le concept est simple, explique-t-il au journaliste de la BBC:

«Avant, la distribution des films nigérians se faisait par DVD. Nous avons donc imaginé un autre moyen pour les producteurs de faire de l'argent»: la distribution en ligne.

Et d'ajouter:

«Ils en sont très très contents!»

Nollywood («N» pour Nigéria) est l'appellation générique pour désigner le cinéma nigérian, qui représente la deuxième plus grosse production cinématographique au monde, en quantité, derrière Bollywood (Inde) et Hollywood.

«On ne peut pas acheter tous les films produits par Nollywood, mais on peut essayer de chercher les meilleurs, et voir si nos clients vont les apprécier»

Pas moins de 50 films par semaine sont produits au Nigeria. Le coût de ces films oscille entre $25.000 (environ 18.000€) et $70.000 (environ 55.000€), explique encore la BBC.

Interviewé par le site How we made it in Africa, Jason Njoku revient sur son succès qu'il explique ainsi:

«Sans aucun doute, Iroko Partners a enfin rendu l'industrie du film nigérian accessile à la diaspora africaine. Mieux que cela, depuis que nous sommes arrivés, et avons commencé à payer pour distribuer les films en ligne, les producteurs sont plus que jamais capables de monétiser leurs contenus, et recevoir un salaire pour leur travail, plutôt que de voir leurs revenus dilués dans un système de distribution chaotique et souvent illégal.»

Jason Njoku emploie aujourd'hui 81 personnes, à Lagos, Londres et New York. Sur le site Internet d'Iroko Partners, l'entreprise se décrit d'ailleurs comme celle qui «grossit le plus vite au Nigeria».

Lu sur BBC et How we made it in Africa

À lire aussi

Le cinéma africain tisse ses toiles

Les 5 idées africaines qui ont influencé le monde

«Kannywood» face à la charia

Le cinéma africain se libère des clichés de Hollywood

Rama Thiaw, jeune réalisatrice en lutte

Le cinéma africain, l'aventure ambigüe

L'Afrique brille à Hollywood