mis à jour le

Kenya: un neuvième rhinocéros mort après avoir été déplacé

Un neuvième rhinocéros noirs est mort après avoir été déplacé dans une réserve du sud du Kenya, a annoncé mardi le gouvernement kényan, alors qu'un premier bilan la semaine passée faisait état de huit décès.

"Neuf rhinocéros sont morts pour des raisons que nous sommes en train d'éclaircir", a déclaré Najib Balala, le ministre du Tourisme et de la Faune. "Deux ont survécu et nous avons la confirmation qu'ils sont en bonne santé."

Ces neuf animaux décédés faisaient partie d'un groupe de 11 rhinocéros noirs, une espèce en grand danger d'extinction, qui avaient été déplacés le 26 juin des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui de Tsavo-Est.

Le ministre a confirmé qu'une enquête allait être ouverte, malgré une première expertise qui suggère un empoisonnement dû à une eau trop salée. "Nous avons besoin d'une équipe externe et indépendante pour enquêter sur la situation", a-t-il déclaré.

De retour d'une visite dans le parc de Tsavo-Est, M. Balala a indiqué avoir vu les 18 cornes des rhinocéros décédés, deux par animal. "Nous sommes sûrs que ces cornes appartiennent aux rhinocéros morts grâce aux puces installées dessus".

Le déplacement vers un nouvel habitat d'animaux menacés, qui doivent être endormis le temps du voyage, n'est pas sans risques. Mais la mort d'animaux durant ce type d'opérations est rare.

Entre 2005 et 2017, 149 rhinocéros avaient été déplacés de la même manière au Kenya et seulement huit étaient décédés, selon le ministère du Tourisme.

Selon l'organisation Save the Rhinos, il reste moins de 5.500 rhinocéros noirs dans le monde, vivant tous en Afrique. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) estime que le Kenya en abrite 750.

Neuf rhinocéros ont été tués au Kenya en 2017, selon le Service kényan de la faune (KWS). En mai, trois rhinocéros avaient été abattus, et leurs cornes sectionnées et emportées, dans le parc national de Meru (centre).

Dans leur milieu naturel, les rhinocéros n'ont que peu de prédateurs, en raison de leur taille et de leur peau épaisse.

Mais de prétendues vertus médicinales attribuées en Asie à leur corne ont alimenté depuis des décennies un braconnage implacable qui a largement décimé l'espèce. Un kg de corne de rhinocéros se négocie plusieurs dizaines de milliers de dollars au marché noir en Chine et au Vietnam.

AFP

Ses derniers articles: "Hirak" en Algérie: nouvelles condamnations  RDC: en Ituri, la vie brisée d'un enseignant dans l'attente d'une paix fragile  Béchir déboulonné, les exilés soudanais veulent rebâtir leur pays 

été

AFP

Niger: l'attaque semble avoir été "préméditée" pour "cibler des Occidentaux"

Niger: l'attaque semble avoir été "préméditée" pour "cibler des Occidentaux"

AFP

Libye: avec les coupures de courant incessantes, un autre été en enfer

Libye: avec les coupures de courant incessantes, un autre été en enfer

AFP

Burkina: une statue de Sankara réinstallée après avoir été modifiée

Burkina: une statue de Sankara réinstallée après avoir été modifiée

mort

AFP

Moussa Traoré, ancien dictateur

Moussa Traoré, ancien dictateur

AFP

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe

AFP

Afrique du Sud: manifestations violentes après la mort d'un adolescent supposément tué par la police

Afrique du Sud: manifestations violentes après la mort d'un adolescent supposément tué par la police

rhinocéros

AFP

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

AFP

Botswana : le braconnage des rhinocéros en hausse malgré les efforts du gouvernement

Botswana : le braconnage des rhinocéros en hausse malgré les efforts du gouvernement

AFP

Botswana: un chiffre record de rhinocéros braconnés cette année

Botswana: un chiffre record de rhinocéros braconnés cette année