mis à jour le

L'islamiste Djamel Beghal expulsé vers l'Algérie

L'islamiste Djamel Beghal, considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, a été expulsé vers l'Algérie après sa sortie d'une prison française lundi matin, a appris l'AFP de sources concordantes.

Cet Algérien de 52 ans, déchu de la nationalité française, a quitté la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes "vers 05H30 en vue d'être reconduit à la frontière" selon une source syndicale, et a décollé peu après 10H30 de l'aéroport de Roissy en direction d'Alger, ont indiqué des sources proches du dossier.

"Il a été libéré ce matin à 5H20, pris en charge par la (police aux frontières). Il a adopté un comportement calme et n'a pas été surpris de l'heure de son départ", a indiqué l'administration pénitentiaire à l'AFP.

Dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990, Djamel Beghal a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste.

A Vezin-le-Coquet, en Bretagne, il terminait de purger sa seconde peine de dix ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris.

Les autorités françaises, qui souhaitaient voir le retourner en Algérie, discutaient depuis plusieurs semaines avec Alger des conditions de son retour dans son pays natal qu'il avait quitté à l'âge de 21 ans pour venir en France.

 tll-grd/mig/epe/PHC

AFP

Ses derniers articles: Cinq morts dans l'effondrement d'un immeuble  Egypte: fin du référendum pour prolonger la présidence de Sissi  Algérie: arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels 

expulsé

AFP

Le directeur de l'AFP

Le directeur de l'AFP

AFP

Ouganda: le dirigeant belge de MTN expulsé

Ouganda: le dirigeant belge de MTN expulsé

AFP

L'Ouganda expulse un Français et une Rwandaise au nom de la "sécurité nationale"

L'Ouganda expulse un Français et une Rwandaise au nom de la "sécurité nationale"