mis à jour le

Tchad: recensement des effectifs de la police

L'Etat tchadien a lancé jeudi un recensement physique des effectifs de la police pour "constater ceux qui ne viennent pas au travail" et "maîtriser la masse salariale", a déclaré vendredi à l'AFP le porte-parole de la police Paul Manga.

Chaque policier devra présenter "l'arrêté d'intégration, l'arrêté d'avancement et (celui de) la titularisation", a-t-il précisé, soulignant que "c'est un contrôle de routine qu'initie chaque année l'Inspection générale d'État".

Confronté à une profonde crise économique depuis la chute du cours du baril en 2014, N'Djamena doit réduire la masse salariale à la charge de l'Etat dans le cadre du programme avec le Fonds monétaire international (FMI).

Comme d'autres pays d'Afrique centrale, le Tchad a reçu une facilité de crédit du FMI, de 312,1 millions de dollars sur trois ans.

Cet objectif de réduction de la masse salariale a soulevé de nombreuses grèves depuis le début de l'année.

En janvier, le gouvernement avait réduit de 50% les primes et indemnités des fonctionnaires - déjà réduites de 50% en 2016. Cette mesure d'austérité avait entraîné pendant deux mois une forte grogne sociale.

Parvenus à un accord avec le gouvernement, les syndicats des services publics ont de nouveau appelé à la grève illimitée fin mai. Celle-ci est toujours en vigueur.

Le Tchad, pays de près de 15 millions d'habitants, compte environ 92.000 fonctionnaires civils. Début février, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Sabre Fadoul, avait indiqué à l'AFP qu'un audit du nombre de serviteurs de l'Etat - réclamé par les syndicats - serait établi cette année pour estimer le nombre des fonctionnaires fantômes.

police

AFP

Soudan: la police disperse une nouvelle manifestation antigouvernementale

Soudan: la police disperse une nouvelle manifestation antigouvernementale

AFP

Nigeria: un camion-citerne explose, la police redoute de nombreux morts

Nigeria: un camion-citerne explose, la police redoute de nombreux morts

AFP

Nouvelle manifestation près de Khartoum, la police tire du gaz lacrymogène

Nouvelle manifestation près de Khartoum, la police tire du gaz lacrymogène

recensement

AFP

Reprise "sous surveillance" du recensement électoral en Guinée Bissau

Reprise "sous surveillance" du recensement électoral en Guinée Bissau

AFP

Bissau: le recensement électoral prolongé de 15 jours

Bissau: le recensement électoral prolongé de 15 jours

AFP

Bissau: faux départ pour le recensement électoral pour les législatives et la présidentielle

Bissau: faux départ pour le recensement électoral pour les législatives et la présidentielle