mis à jour le

Séparer le bon grain de l'ivraie. Duékoué, en Côte-d'Ivoire, le 30 avril 2011. REUTERS/Thierry Gouegnon
Séparer le bon grain de l'ivraie. Duékoué, en Côte-d'Ivoire, le 30 avril 2011. REUTERS/Thierry Gouegnon

Du grain à moudre pour développer l'agriculture africaine

Le potentiel agricole de l'Afrique n'a pas empêché les émeutes de la faim en 2008. Parmi les pistes pour renforcer la sécurité alimentaire: cultiver la recherche et encourager l’investissement privé.

L’agriculture est redevenue une priorité pour l’Afrique subsaharienne et les pays africains reconnaissent son rôle clé pour renforcer la sécurité alimentaire et soutenir la croissance de leurs économies.

Mais l’Afrique, trop dépendante des importations et des cours des marchés internationaux, a besoin de transformer le secteur en profondeur – une nécessité incontournable depuis la crise des prix alimentaires de 2008. Comment relever efficacement ce défi ?

Plus de 60 % des terres arables inexploitées dans le monde se trouveraient sur le continent; de plus, le marché africain, porté par l’urbanisation et l’émergence d’une classe moyenne, devrait représenter près d’un milliard et demi de consommateurs en 2050.

Les améliorations apportées au cadre règlementaire, les efforts pour stimuler la production agricole et la mutation du système de distribution rendent enfin le secteur plus attractif.

Des rendements toujours insuffisants

Pourtant, en dépit de ces avancées, la production et les rendements agricoles africains restent largement inférieurs aux normes. L’enclavement, les fractures énergétiques, l’accès limité aux intrants tout comme les faiblesses de l’administration du foncier pénalisent encore le développement du secteur.

Par ailleurs, l’agriculture a peu d’effet d’entrainement sur les industries de l’amont (engrais, machines) ou de l’aval (transformation). Près de 65 % de la valeur du secteur reste donc produite au niveau de la ferme, contre 10 % dans les pays industrialisés.

Les acteurs de l’agro-industrie se heurtent de plus aux prix élevés des denrées de base, aux carences du système d’approvisionnement et à des règlementations parfois inadaptées. La faiblesse des infrastructures et les difficultés d’accès à des informations de marché transparentes s’ajoutent enfin au manque de capitaux et constituent d’importantes barrières à l’entrée.

Cultiver la recherche

Pour tirer parti de son potentiel agricole, améliorer la compétitivité et l’attractivité du secteur, l’Afrique a besoin de développer ses infrastructures de transport, de stockage et de communication.

Elle doit aussi donner davantage de moyens à la recherche agricole et à la recherche agro-industrielle – souvent négligée. Et veiller, par ailleurs, au développement d’une offre de services agricoles de qualité. Un meilleur accès aux intrants, à la formation professionnelle et au conseil technique peut sensiblement améliorer la productivité du secteur.

L’agriculture contractuelle est une autre piste prometteuse: les contrats de livraison entre agriculteurs et entreprises permettent notamment de mieux gérer la qualité et les flux des produits. L’offre financière apportée aux exploitants et aux agro-industriels doit être renforcée et diversifiée. L'utilisation croissante de produits relevant du leasing (Le leasing, ou crédit-bail, est un crédit permettant l'acquisition d'un bien en échange de redevances et avec option d'un droit de propriété à l'échéance), du warrantage (Le warrantage est une opération de crédit de quelques mois, dont la garantie est un stock de vivres liquidable par la banque en cas de défaillance) et des assurances doit permettre de mieux gérer les risques et de protéger le secteur.

Enfin, une avancée significative en matière d'intégration régionale et de construction d'une réglementation commerciale - combinée à des mesures de soutien à la production - permettrait de contribuer au développement du commerce intra-africain.

Le privé au service de la sécurité alimentaire

Seule une approche intégrée - combinant action publique et investissement privé - permettra de confirmer les perspectives positives de l’agriculture africaine. Des politiques agricoles concertées doivent favoriser la mobilisation des acteurs privés au service de la sécurité alimentaire.

Il est temps de réinventer un partenariat public-privé efficace et équitable. Une vision que le G20, sous présidence française, a défendue auprès de la communauté internationale en 2011. Une condition pour que l’Afrique puisse bénéficier de son potentiel agricole en termes de croissance, d’emplois et de développement durable.

Dans ce contexte, le rôle des institutions financières internationales est fondamental: elles peuvent encourager l’investissement privé à tous les stades des filières agro-industrielles et promouvoir le développement d’une agriculture durable.

Benjamin Neumann

A lire aussi

Plaidoyer pour une agriculture africaine

Le manioc, l'arme fatale contre le réchauffement climatique

Des dessins animés pour développer l'agriculture

En Algérie, la pomme de terre a la patate

Congo - L’agriculture, terre fertile pour l’emploi des jeunes

Biocarburants, huiles végétales... Quel potentiel pour l’Afrique?

A-t-on jamais vraiment cessé de mourir de faim dans la Corne africaine?

Benjamin Neumann

Benjamin Neumann. Spécialiste de l'Afrique. Rédacteur en chef de la revue Secteur privé & développement

Ses derniers articles: Du grain à moudre pour développer l'agriculture  Le capital-investissement, un enjeu essentiel pour l’Afrique  Le second souffle du rail africain 

agriculture

Wildlife

La chenille qui menace l'agriculture africaine

La chenille qui menace l'agriculture africaine

Arbre de vie

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Agriculture

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

développement durable

Environnement

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

Développement durable

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Développement durable

Le Maroc fera t-il de la COP22, la «COP de l'action»?

Le Maroc fera t-il de la COP22, la «COP de l'action»?

G20

AFP

Le G20 prêt

Le G20 prêt

AFP

Ebola: le G20 s'engage

Ebola: le G20 s'engage

AFP

Le G20 s'engage

Le G20 s'engage