mis à jour le

Le pouvoir a su contrer l'abstention et l'impopularité, sans bourrer les urnes. REUTERS/Stringer
Le pouvoir a su contrer l'abstention et l'impopularité, sans bourrer les urnes. REUTERS/Stringer

Algérie: le tour de passe-passe du FLN

«Où était l'arnaque?», se sont demandés les observateurs au lendemain de la victoire du FLN aux législatives algériennes. La réponse se trouve dans une simple disposition législative de dernière minute...

Mise à jour du 21 mai: 202 membres du comité central de direction du FLN ont signé, samedi 19 mai, un acte de destitution contre le sécrétaire général du parti, Abdelaziz Belkhadem. C'est assez de voix pour réunir une session extraordinaire du parti qui pourrait aboutir à sa destitution. Elle devrait avoir lieu avant le 15 juin. 

***

Après le KO, le réveil dur: beaucoup de partis politiques perdants commencent à crier à la fraude. Mais comment le régime a pu frauder sans bourrer les urnes, sous le regard des observateurs étrangers et avec rien dans les mains et rien dans les poches?

La recette a un nom technique: l'article 85 de la loi organique n°12-01 du 12 janvier 2012 relative au régime électoral et au mode de scrutin.

Traduction pour les profanes: la loi électorale algérienne est généreuse depuis l’avènement du multipartisme en 1990. Elle permet la concurrence entre des partis vieux d’un demi-siècle comme le FLN, et des partis nés il y a à peine six mois dans le cadre des réformes vendues par le régime.

Sauf que cette loi a un «verrou». Personne ne l’a remarqué avant les élections, tout le monde en parle après.

L’article 85 permet en effet d’expliquer «techniquement» pourquoi l’ex-parti unique, le FLN, est redevenu presque parti unique, raflant 220 sièges au nouveau parlement 2012, avec la majorité absolue et une légitimité inattendue.

Dans certaines villes algériennes, le FLN a même réalisé des scores invraisemblables: la totalité des 8 sièges mis en concurrence, dans une wilaya (préfecture) comme sidi Bel-Abbès à l’ouest du pays, mais aussi des scores honorables dans des villes rebelles en Kabylie, cette région qui ne vote pas beaucoup et encore moins pour le FLN.

La technique 85 a donc permis une sorte de fraude par le bas, sans bourrage d’urne, sans gonflement des scores, sans triche grossière. Juste avec un article et le fameux système à la proportionnelle.

Un système qui favorise les partis lourds

Que dit cet article magique qui permet de gagner des élections?

Il «donne lieu à une répartition des sièges proportionnelle au nombre de voix obtenues par chaque liste avec application de la règle du plus fort. Les listes qui n'ont pas obtenu au moins 5% des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges», est-il indiqué dans le Journal officiel algérien.

Du coup, tous les partis qui n’ont pas dépassé les 5% des voix, sont éliminés et leurs scores sont «versés» aux concurrents, généralement les partis les plus forts et proches du régime. Le mode de vote favorise abusivement les partis lourds de l’alliance présidentielle et ceux qui sont proches du régime, et lui servent de société-écran.

Un chef de parti perdant analyse ainsi les dernières législatives pour un journal algérien:

«A Béjaïa, sur les 125.000 suffrages exprimés, seuls 37.000 ont été retenus, soit 7% de l'électorat. Plus de 80.000 bulletins ont été éliminés. Ils appartenaient aux listes qui n'ont pas pu dépasser les 5%. C'est également le cas dans plusieurs autres wilayas qui ont vu le Front de libération nationale remporter tous les sièges grâce en partie à la règle des 5% qui a "éliminé" les autres concurrents. Par exemple à Oum El Bouaghi, le FLN a raflé les 8 sièges attribués à la wilaya, alors qu'il n'a récolté que 26.000 voix sur les 196.000 votants.»

La recette a permis d’éliminer les listes indépendantes, mais dans la légalité. Le système de scrutin à la proportionnelle est fait ainsi: il a ses inconvénients et ses avantages, pour certains.

Des candidats FLN eux-mêmes surpris de leur victoire!

Du coup, on comprend mieux pourquoi le régime a accéléré la distribution des agréments pour les nouveaux partis algériens: cela permettait d’émietter les opposants, de rabattre les électeurs pour contrer l’abstention, et de gonfler, par défaut et par magie de la loi 85 le score des partis choyés.

Ainsi, les voix des petits partis allaient automatiquement vers les grands et servaient la confection d’une majorité à l’assemblée, qui reste une minorité au décompte direct des électeurs.

Depuis le déclenchement du printemps arabe, les autorités algériennes ont agréé 40 nouveaux partis, promettant même d’atteindre le chiffre de 100. À comparer avec les explications doctes du ministre de l’Intérieur algérien qui affirmait, avant l’ère Bouazizi, qu’il était impossible de reconfigurer le champ politique algérien en si peu de temps, c'est-à-dire 12 ans. L’interdit avait eut court pendant deux décennies, depuis les années 90. Il sera levé en six mois et, désormais, il suffit d’un mois de procédures pour avoir son sigle.

Il y a à peine six mois, certains opposants avaient des doutes sur cette générosité de l’Administration algérienne. Maintenant, ils disent mieux comprendre. D’ailleurs, dans certaines villes comme Oran, les candidats FLN eux-mêmes s’avoueront surpris par leur victoire!

Le scrutin à la proportionnelle est-il une fraude? 

Non. Il a ses détracteurs et ceux qui y voient une nécessité. Cela permet d’éliminer les partis qui ne sont pas de vraies formations, mais aussi de gonfler abusivement les scores des plus forts.

Le système aboutit même à des absurdités démocratiques: un parti élu par peu d’électeurs directs, refusé trois fois par des électeurs émiettés, peut se retrouver majoritaire dans une assemblée alors qu’il est minoritaire en bas de l’échelle. En Algérie, le régime a su tirer profit de la situation: ce système, ajouté à la peur du chaos, l’absence d’alternative, le discrédit des islamistes, peut un peu expliquer la seconde vie du parti unique, le FLN.

«Où était l’arnaque?»

Frauder signifiait autrefois voler les urnes le soir dans l’obscurité, les bourrer, voter à la place des morts, des vieux et des militaires. Eliminer les voix discordantes, faire pression sur les électeurs et gonfler les statistiques au niveau haut du ministère de l’Intérieur.

Aujourd’hui, c’est plus intelligent. L’intelligence du régime algérien étant reconnue de part le monde, arabe ou pas, on devait s'attendre à une formule de sécurité politique qui ne heurte personne, qui ne peut pas être définie comme une fraude ou une triche et qui a les apparences de la loi mais les fonctions d’une arnaque.

En Algérie, au lendemain de l’annonce des résultats préliminaires des élections législatives, beaucoup, se sont réveillés comme s’ils sortaient d’une salle de spectacle pour magie: «où était l’arnaque?» se demandait-on.

On a bien regardé les mains du pouvoir, ses poches, sous le tapis, dans le chapeau, avec les observateurs étrangers, on a revu les chiffres et les additions. Tout était clean et poussait à croire qu'il n'y avait pas de magie. Il a fallu quelques jours pour commencer à comprendre.

La «clé 85» permet en effet d’ouvrir la première porte. Avec le temps, on en saura peut-être plus. Inutilement d’ailleurs: pétrole, Sahel, Mali, Azawad et gaz ont fait voter l’Occident pour la stabilité du régime plutôt que pour l’incertitude d’un changement ou d’une révolution de plus. On l’a compris.

Kamel Daoud

À lire aussi

Des élections (pas) comme les autres

La mystérieuse défaite des islamistes

L'étrangeté d'un scrutin parfait

Le FLN en force

Comment le pouvoir veut forcer les Algériens à voter

Des élections? Pour quoi faire?

Tribune: Pourquoi l'Algérie ne connaît pas son printemps arabe

Khadra: «Les Algériens ne croient plus en rien»

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

FLN

AFP

Législatives en Algérie: du FLN aux islamistes, les forces en lice

Législatives en Algérie: du FLN aux islamistes, les forces en lice

AFP

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie

Les Algériens élisent leur président

Les Algériens élisent leur président

fraudes électorales

par Kofi Annan

Comment renforcer la démocratie

Comment renforcer la démocratie

Diplomatie

Les Grands Lacs malades de leurs dirigeants

Les Grands Lacs malades de leurs dirigeants

Les Experts

La recette algérienne pour des fraudes réussies

La recette algérienne pour des fraudes réussies