SlateAfrique

mis à jour le

Afrique centrale - L'étau se resserre autour de Joseph Kony

«C’est un gros poisson», se gargarisait le 12 mai un responsable de l’armée ougandaise, après la capture de Caesar Acellam, cité par le quotidien ougandais Daily Monitor.

Et pour cause, Acellam est l'un des généraux et proches de Joseph Kony, criminel de guerre recherché par la Cour pénale internationale, et notamment accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité, viols et enrôlement d’enfants soldats.

Il était en train de traverser la rivière Mbou, en République Centrafricaine, depuis la République Démocratique du Congo, lorsque l'armée ougandaise l'a capturé.

Si la BBC fait état d'un échange de tirs entre l'armée et une trentaine de rebelles, le Daily Monitor affirme qu'il n'était «étrangement pas sous protection», et qu'il avait laissé les 30 rebelles derrière lui.

Après sa capture, Caesar Acellam aurait déclaré aux journalistes:

«Je me sens comme un homme libre, après plus de 24 ans passés dans la brousse.»

Ce qui laisse entendre qu'il se serait rendu de son plein gré.

Caesar Acellam était l’un des généraux les plus hauts gradés de l'Armée de Libération du Seigneur (LRA) et un très proche de Joseph Kony.

Depuis la publication d’une vidéo par Invisible Children au début 2012, l’attention internationale sur le cas de Joseph Kony s’est accrue, et les efforts combinés des armées ougandaise, sud-soudanaise, centrafricaine, congolaise et américaine pour le traquer semblent porter leurs fruits.

Depuis 2009, d’autres hauts gradés de la LRA se sont soit rendus, soit ont été tués. Notamment le numéro 4 de la LRA Thomas Kwoyelo et Sam Kolo, un ancien porte-parole, ont été capturés, rappelle le Daily Monitor.

«De l’avis des analystes, la capture du numéro 3 de facto de la LRA va sans aucun doute affaiblir la mainmise de Kony sur ses combattants, encourager plus de défections et revigorer la chasse des fugitifs qui répandent leur terreur dans trois pays simultanément», continue le quotidien.

Joseph Kony commence à être lâché et pour le représentant spécial des Nations Unies pour l’Afrique centrale, cité par la BBC, il ne fait pas de doute que l’étau se resserre autour de lui.

«Contrairement à ce dont Kony avait l’habitude —rester un mois dans chaque planque avant de bouger— il doit maintenant être quasiment chaque jour en mouvement, ce qui signifie que la pression s’accentue sur lui.»

La capture de Caesar Acellam n’aura fait qu’accroître cette pression, mais de là à parier que Joseph Kony sera rapidement sous les verrous, rien n’est moins sur: depuis plus de 20 ans, il a su rester insaisissable.

Lu sur Daily Monitor, BBC

Jacques Attali : Pour ou contre «Kony 2012» ?

Tout ce qu'on ne vous a pas dit sur Joseph Kony

Lord's resistance army : objet guerrier mal identifié

Ouganda - La tête de Joseph Kony mise à prix par les sénateurs américains (VIDEO)

Ouganda - Joseph Kony, un chef de guerre qui fait le buzz contre lui