mis à jour le

La Bastille et ses drapeaux après la victoire de François Hollande le 6 mai 2012. AFP/FRANCK FIFE
La Bastille et ses drapeaux après la victoire de François Hollande le 6 mai 2012. AFP/FRANCK FIFE

Les drapeaux étrangers menacent-ils l'identité française?

Comment reconnaît-on un électeur musulman dans un pays où la confession est si souvent mise sous le boisseau?

Mise à jour du 15 mai 2012 : l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a décidé de répondre au Parti socialiste (PS) et à ses militants présents place de la Bastille le 6 mai, jour de le l'élection de François Hollande.

Des critiques s'étaient élevées, au lendemain du scrutin, à l'encontre des nombreux drapeaux de différentes nationalités que l'on avait pu voir place de la Bastille.

Le tract de campagne de l'UMP pour les législatives, dévoilé le 14 mai et imprimé à 8 millions d'exemplaires, présente en effet des drapeaux français et le slogan : «Ensemble, choisissons la France».

***

Combien de drapeaux flottaient le 6 mai au soir sur la place de la Bastille? D’où venaient-ils ? De quelle lointaine contrée exotique? Il n’était pas si facile de se faire une opinion.

Des adultes étaient montés sur des lampadaires. Des enfants grimpés sur les épaules de leur père brandissaient des pancartes «Sarkozy au pôle emploi». Autant d’électeurs de François Hollande qui empêchaient d’avoir une vue pleine et entière sur le génie de la Bastille. Là où les porteurs d’étendards s’étaient agglutinés.

«Des drapeaux arabes » à la Bastille

J’ai bien reconnu le drapeau breton, celui de la Turquie, celui du Mali et celui de l’Algérie. J’ai cru distinguer celui de la Côte d’Ivoire. Des drapeaux rouges aussi portés par des marcheurs venus de tout Paris jusqu’à la Bastille. Une multitude de couleurs pour un soir de fête. Mais le 6 mai au soir, il était difficile d’imaginer l’importance qu’allaient revêtir de modestes oriflammes. Difficile d’imaginer que la polémique allait à ce point enfler.

«Des drapeaux arabes» à la Bastille protestent des dirigeants de l’UMP (Union pour un mouvement populaire).

«Pourtant rien de nouveau sous le soleil. En 2002, place de la République la victoire de Jacques Chirac avait été fêtée avec la sortie massive de drapeaux algériens. A l’époque aucun dirigeant de l’UMP ne s’était ému d’une telle émergence de drapeaux arabes sur le sol de la République», ironise un fonctionnaire d’origine algérienne qui a fêté la victoire de François Hollande. Sans être socialiste, il sait gré à ce candidat de ne pas avoir stigmatisé les communautés d’origine étrangère.

Le drapeau n’est plus seul en cause. Patrick Devedjian, ex-ministre et président du conseil général des Hauts-de- Seine, fait part de son inquiétude. Le journaliste Eric Zemmour qui suivait les événements de la Bastille derrière son écran de télévision l'est aussi. Il affirme n'avoir vu aucun drapeau français. Jean-François Coppé partage sa profonde préoccupation.

Psychose autour du «vote musulman»

Autre grand motif «d'effroi», selon Patrick Devedjian, 93% des musulmans auraient voté pour François Hollande. Il dénonce un «vote communautaire» en s’appuyant sur un sondage publié par Le Figaro au lendemain de la victoire du candidat socialiste. Mais la question de fond demeure: comment reconnaît-on un électeur musulman dans un pays où la confession religieuse est aussi souvent mise sous le boisseau? D’autres sondages réalisés lors de la précédente présidentielle et publiés par l’hebdomadaire La Vie indiquaient qu’une écrasante majorité des catholiques pratiquants auraient voté pour Nicolas Sarkozy.

«A la lecture de tels sondages, Devedjian n’avait pas fait montre de la même inquiétude pour la République», ironise un électeur d’origine marocaine, qui note par ailleurs que le vote de musulmans en faveur de François Hollande n’a rien de surprenant:

«Au cours des derniers mois, le président sortant et son entourage ont stigmatisé les musulmans afin de séduire les électeurs du Front national. Il aurait été étonnant qu’ils votent en masse pour Nicolas Sarkozy.»

Il ajoute en plaisantant: «Des communistes auraient ils voté pour le sénateur McCarthy».

Autre sujet de mécontentement pour des partisans de Nicolas Sarkozy, le vote massif des DOM (Départements d’outre-mer) en faveur de François Hollande: 63% de leurs suffrages se seraient portés sur le candidat socialiste. Sur l’antenne de RFI, Nadine Morano a manifesté sa grande déception face à une telle ingratitude : «le gouvernement sortant a tant fait pour les DOM, comment pouvaient-ils choisir l’autre camp?».

Après le vrai travail, le vrai électeur?

«Drapeaux, islam, vote noir, vote musulman, on voit bien le message. Il s’agit de donner l’impression que Hollande a été élu par des Français qui ne sont pas tout à fait français», s’énerve Assan, un enseignant franco-sénégalais, qui a voté Hollande sans état d’âme. Il s’agace des piques de l’UMP.

«Si nous avons la nationalité française pourquoi n’aurions-nous pas le droit de voter? Quand nous ne votons pas, on nous accuse de ne rien faire pour nous intégrer. Et quand nous votons, on nous reproche de fausser la compétition. En écoutant certains discours de droite et d’extrême-droite, j’ai parfois l’impression que pour que tout aille bien, il faudrait limiter le vote aux seuls blancs catholiques. Mais les électeurs antillais qui ont porté massivement leurs voix sur François Hollande sont français depuis bien plus longtemps que bien d’autres français. Ils ont été Français avant les Corses ou les Savoyards alors pourquoi leur vote serait-il suspect?»

Il ajoute avec ironie:

«Après le concept du vrai travail, la droite va-t-elle inventer celui du vrai électeur, blanc et catholique? Cela risque d’exclure beaucoup de monde. D’autre part, monsieur Devedjian qui dénonce le communautarisme devrait se rappeler que Nicolas Sarkozy a tout fait pour séduire les électeurs arméniens en allant jusqu’à vouloir criminaliser la négation du génocide.»

Alassane, l’un de ses amis, lui aussi franco sénégalais s’inquiète.

«Il faut éviter la surenchère. Il ne faut pas ouvrir la boîte de Pandore. Sinon un jour, d’aucuns vont vouloir aller toujours plus loin dans la purification électorale. La droite sera toujours dépassée sur son extrême-droite. Un jour, des dirigeants d’extrême-droite pourront dire qu’il faut se recentrer sur les Français de souche depuis plusieurs générations. Ils diront Devedjian ou Morano ce n’est pas très Français comme nom».

Alassane ajoute avec le sourire:

«Imaginez qu’un jour l’on prive la France d’aussi belles intelligences. Peut-on concevoir la vie politique française, sans Patrick Devedjian ou Nadine Morano? Ce serait vraiment dommage ».

Pierre Cherruau

A lire aussi

François Hollande, les drapeaux arabes et l'intégration

"C'est bon, tu ne vas pas être obligé de retourner dans ton pays"

Hollande, une bonne nouvelle pour l'Afrique?

Hollande peut-il tuer la Françafrique?

Lettre d'Algérie à un ami français «halalisé»

Chroniques d’une catastrophe, les Français hors d’Afrique

Pierre Cherruau

Pierre Cherruau a publié de nombreux ouvrages, notamment Chien fantôme (Ed. Après la Lune), Nena Rastaquouère (Seuil), Togo or not Togo (Ed. Baleine), La Vacance du Petit Nicolas (Ed. Baleine) et Dakar Paris, L'Afrique à petite foulée (Ed. Calmann-Lévy).

Ses derniers articles: Comment lutter contre le djihad au Mali  Au Mali, la guerre n'est pas finie  C'est fini les hiérarchies! 

François Hollande

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Influence

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

halal

Kenya

Takaful, l'assurance agricole halal

Takaful, l'assurance agricole halal

AFP

Kenya: satellites de la Nasa et assurance halal protègent le bétail

Kenya: satellites de la Nasa et assurance halal protègent le bétail

Neila Latrous

S’embrasser dans la rue : halal ou haram?

S’embrasser dans la rue : halal ou haram?

Nicolas Sarkzoy

Vu d'Alger

L'irréductible fascisme du gaulois

L'irréductible fascisme du gaulois

Libye

Les secrets de la victoire occidentale

Les secrets de la victoire occidentale

Libye

Les milices font toujours la loi

Les milices font toujours la loi