SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - La victoire haut la main du FLN aux législatives est critiquée

57% d’abstention. Avec un tel taux, le gouvernement s’est félicité des élections législatives en Algérie du 10 mai 2012.

Il  faut dire que beaucoup d’Algériens s’attendaient à un taux d’abstention frôlant les 80%. Ce qui aurait été perçu comme un rejet du régime du président Bouteflika.

Pour beaucoup, le régime a tout fait pour éviter cette déconvenue.

 «Le peuple a relevé un vrai défi, a déclaré le ministre de l'Intérieur Ould Kablia, avant de se féliciter d'«une  l'opération de vote s'est déroulée dans le calme et la transparence, devant les observateurs étrangers et les representants des partis».

«Les quelques problèmes enregistrés n'ont pas influé sur le déroulement de l'opération de vote», ajoute-t-il. 

D'après les résultats officiels diffusés en direct sur le site d'El Watan, sur les 462 sièges à pourvoir, le parti du pouvoir le Front de libération natiojanle (FLN) l'emporte très largement.

Le FLN obtient 220 sièges, le Rassemblement National Démocratique (RND) 68, l'Alliance verte moins de 48, le Front des forces socialistes (FFS) 21, le Parti des travailleurs (PT) 20 sièges, les Indépendants 19 sièges, le Front national algérien (FNA) 9 sièges, Adala 7, MPA 6.

Au total, 144 femmes sont élues.

Les résultats officiels sont à peine publiés que les accusations de bourrage d’urnes et de fraudes se font entendre.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) parle d’un taux de participation de 18%.

«Le taux de participation, tel que noté par les commissions communales, pourtant soigneusement filtrées par l’administration, n’a pas dépassé les 18%», écrit le RCD.

Selon lui, le vote a été caractérisé par les bourrages des urnes, les bus de faux électeurs, le dopage du taux de participation et les dépouillements à la sauvette.

«L’Alliance de l’Algérie verte», une coalition de partis islamistes dénonce également des cas de fraude.

«Des militaires ont voté en masse pour le Front de libération nationale (FLN) ou pour le Rassemblement national démocratique (RND)», a affirmé Abderrezak Mokri, membre de la coalition islamiste.

Lu sur El Watan

Pourquoi les Algériens ont préféré suivre l'élections présidentielle française

Khadra: "Les Algériens ne croient plus en rien"

Algérie - Un jeune algérien arrêté pour avoir appelé à boycotter les élections ( VIDEO)

Des élections pour quoi faire?