SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Faut-il avoir peur des chiites?

Depuis plusieurs années, le Nigeria est confronté à la violence terroriste de Boko Haram, une secte islamique sunnite qui s'attaque aux chrétiens, aux médias et aux autorités du pays.

Aujourd'hui, faut-il craindre l'essor d’un groupe chiite au Nigeria? Certains quartiers de la ville de Kaduna, capitale industrielle du nord musulman du pays, s'en inquiètent rapporte la BBC. Pour preuve la croissance dans cette région de «Savvy», le principal mouvement chiite au Nigeria.

Des documentaires à la gloire de leaders religieux chiites sont en cours de traduction dans la langue locale, le haoussa. Chaque mois, ce sont des centaines de DVD qui sont vendus à la population locale.

Le mouvement chiite Savvy possède également son quotidien depuis plus de deux décennies et déclare qu'il va bientôt s'étendre sur Internet, la radio ou à la télévision via la création d’une nouvelle chaîne.

Ces dernières années, la composition du mouvement, minuscule au départ, a explosé. Fait peu connu dans un pays où le groupe djihadiste sunnite Boko Haram fait la Une des médias.

La source d’inspiration de ce mouvement chiite est bien évidemment iranienne comme le sont d’autres groupes dissidents, comme le Hezbollah libanais ou le Wefak, principale partie d’opposition chiite au Bahrein.

Certains craignent que des puissances comme l’Iran puissent influer sur la géopolitique africaine, par exemple au Nigeria, via ce groupe chiite. Son chef, le cheikh Ibrahim Zakzaky est devenu un promoteur de l'islam chiite à l'époque de la révolution iranienne en 1979. Les événements en Iran l’ont encouragé à croire qu'un renouveau islamique était également possible au Nigeria.

En ce qui concerne un quelconque soutien financier de la République islamique d’Iran, le cheikh la nie en bloc. L’anti-américanisme est cependant une valeur partagée avec le grand frère chiite iranien.  

Le mouvement chiite au Nigeria entretient pour l’instant une relation pacifique avec l’Etat et se démarque de la mouvance djihadiste sunnite Boko Haram. Pour certains analystes, le groupe chiite pourrait néanmoins devenir un jour plus violent.

Le cheikh Zakzaky, un ancien opposant politique, affirme que le gouvernement a sa part de responsabilité dans les récents attentats de Boko Haram.

A Kaduna, la ville natale du cheikh Zakzaky, Boko Haram a déjà dirigé des attaques à la fois contre les forces de sécurité et les civils.

Lu sur la BBC

Pourquoi il faut avoir peur de Boko Haram

Le Nigéria va-t-il sombrer dans une guerre de religion?

Les islamistes à l'épreuve du bikini