SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - La langue française obligatoire dans les écoles coraniques

Le ministre de l’Education nationale du Sénégal, Ibrahima Fall, a plaidé en faveur de l’enseignement de la langue française dans les écoles coraniques.

«Le français doit être enseigné dans toutes les écoles coraniques du pays, y compris dans certains foyers religieux du pays réfractaires à cette idée», a suggéré le ministre dans une interview publiée dans l’hebdomadaire sénégalais La Gazette dont quelques extraits ont été repris par l’APS.

Les écoles coraniques communément appelées daaras, constituent depuis l’introduction de l’Islam dans le pays, le premier centre, par excellence, d’éducation et d’apprentissage aux préceptes de l’Islam.

Les enseignements qui y sont dispensés reposent sur des valeurs fortes de sociabilité, de partage, de soumission, d’humilité, entre autres, essentiellement fondées sur une conscience ferme et résolue.

Ils sont parfois farouchement opposées à la culture de l’Occident, qui selon eux, passe inéluctablement par l’enseignement de la langue française.

Dans un souci de rompre avec cette idéologie, et de moderniser le secteur, le programme d’éducation de base et Plan Sénégal ont misé sur l’introduction de la langue française et la formation professionnelle dans les écoles coraniques.

«Nous avons un grand projet pour les daaras, avec l’enseignement arabe et coranique.

Pour les zones réfractaires, il faut faire de telle sorte que même dans les daaras, on enseigne le français.

Nous devons aller au-delà de la langue et enseigner dans les écoles et les daaras des métiers pour pouvoir former des ouvriers qualifiés qui pourront trouver des emplois après», a expliqué le ministre de l’Education.

Au Sénégal, plus de 5 millions d’enfants, âgés de 4 à 12 ans, sont regroupés dans ces daaras à travers le pays.

Souvent issus de familles démunis, ces enfants encore appelés talibés errent dans les rues en quête de pitance.

Le programme a été mis en œuvre dans l’option de diminuer le nombre d’enfants dans la rue.

Lu sur APS

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Les mendiants malvenus à Dakar