mis à jour le

Supportrice de Seddik Chihab, candidat du RND, à Alger le 5 mai 2012 àReuters/Louafi Larbi
Supportrice de Seddik Chihab, candidat du RND, à Alger le 5 mai 2012 àReuters/Louafi Larbi

Algérie: des élections, pour quoi faire?

Le régime algérien a pour vocation de se répliquer et de se multiplier.

La compétition est terminée et c'est bien dommage, pour cette rare occasion, les problèmes de fond n'ont pas été abordés. L'accès aux libertés, la défense des droits de l'homme, les mécanismes pour accéder à l'indépendance de la justice, l'impunité des ministres milliardaires, la publication des enquêtes ou les procédures de leur mise en place, la corruption au sein des hautes structures de l'état, la possibilité de saisine du Conseil Constitutionnel par le citoyen ou le véritable rôle du frère du président, la fonction de l'armée et du DRS.

La fin du régime a-t-elle sonnée?

Il restera, un jour avant le vote, ce sentiment profondément biologique que le régime n'est finalement qu'un bout d'ADN qui n'a pour vocation que de se répliquer et se multiplier. D'ailleurs, malin comme il est, il a du concocter deux plans, un plan A, sans fraude, et un plan B avec, au cas où. Sinon pourquoi cette dernière sortie avant la finale? Pourquoi DOK (Dahou Ould Kablia ndlr) refuse-t-il de donner l'accès du fichier électoral national aux observateurs étrangers et à la commission de surveillance des élections? Oui, il invoque une raison, la confidentialité des données des Algériens et Algériennes, qui ne doivent pas tomber entre n'importe quelles mains, un service d'action étranger ou un vendeur de machines à laver.

Les dés sont jetés

Mais c'est déjà oublier que son prédécesseur à l'intérieur, Nouredine Yazid Zerhouni ( NYZ), voulait ficher tous les Algériens et donner la confection de passeports biométriques avec toutes les données disponibles à une entreprise étrangère, française selon El Khabar.. Peut-on faire confiance à NYZ et DOK quand il ont globalement refusé tous les gages de transparence qu'on leur a demandé? A première vue, non. A la deuxième, ce n'est plus important, les dés sont jetés. Demain, il y aura trois résultats possibles. La perpétuation du système selon les boycotteurs, la fin de l'Algérie selon Ouyahia, ou celle du régime, selon toute vraisemblance.

Chawki Amari

A lire aussi

Pourquoi l'Algérie ne connaît pas son printemps arabe?

Algérie: Des élections jouées d'avance

Khadra: «Les Algériens ne croient plus en rien»

Les électeurs vont-ils déserter les urnes?

 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

élections législatives algérie

50 ans après

Les Algériennes veulent l'indépendance

Les Algériennes veulent l'indépendance

politique

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Les Experts

La recette algérienne pour des fraudes réussies

La recette algérienne pour des fraudes réussies

indépendance algérie

Vu d'Alger

Lettre à Enrico Macias

Lettre à Enrico Macias

France-Algérie

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

50 ans après

La France a besoin de l'Algérie

La France a besoin de l'Algérie