SlateAfrique

mis à jour le

Burundi - Un journaliste de RFI accusé d'«acte de terrorisme» risque la prison à perpétuité

Sale temps pour les journalistes au Burundi. Mardi 8 mai, la justice de ce pays a requis la peine de prison à perpétuité contre le correspondant de RFI et 22 de ses coaccusés, apprend-on de cette même source.

Détenu depuis le 28 novembre 2011, Hassan Ruvakuki également reporter à Bonesha FM, radio burundaise, comparaissait devant le Tribunal de la province de Cankuzo (nord-est) pour «acte de terrorisme.»

Selon Reporters Sans Frontières (RSF), il lui est reproché d’avoir participé aux activités du FRD-Abanyagihugu, un groupe rebelle opérant dans les régions de Cankuzo et Ruyigi (250 kilomètres à l’est de Bujumbura, la capitale).

Des soupçons qui sont nés de la diffusion, sur l’antenne de Bonesha FM, d’une interview avec un Burundais se présentant comme le chef d’état-major du FRD-Abanyagihugu.

Peu avant son arrestation, les autorités burundaises avaient intimé l’ordre au journaliste de coopérer avec les services secrets et de fournir des informations sur le nouveau mouvement de rébellion, explique encore RSF.

«Le réquisitoire du Procureur dans une affaire où l’incompétence et la partialité du Tribunal de Cankuzo est évidente démontre que ce procès n’est qu’une mascarade orchestrée par les autorités.

Après plus de cinq mois de détention ponctués par des audiences ubuesques, l’espoir d’un examen impartial et indépendant des accusations portées contre Hassan Ruvakuki semble anéanti.

Il appartient au Tribunal de s’écarter des directives politiques pour juger sereinement», a déclaré RSF.

Le Tribunal devrait rendre son délibéré le 20 juin, pour l’ensemble des personnes poursuivies.

Lu sur RSF, RFI

A lire aussi

Ethiopie - Le journaliste Eskinder Nega, symbole de la répression des médias en Afrique

Tunisie - La photo de nu qui vaut la prison à un directeur de journal

Les bons et les mauvais élèves africains de la liberté de la presse